samedi 26 mai 2012

Hiro Kelley contre le tourisme homosexuel

.
.


L'homophobie a encore de beaux jours devant elle...
Le responsable du tourisme à Moorea, Hiro Kelley, était interrogé vendredi soir, sur le plateau du JT de Polynésie 1ère, sur le tourisme en crise, et Lucile Guichet lui demandait son avis sur le tourisme des seniors et des homosexuels, réputés pour avoir un important pouvoir d'achat.
Monsieur Kelley a donc eu cette réponse extraordinaire reprise en verbatim dans l'image ci-dessus...
Vu la crise durable que traverse le tourisme polynésien, peut-on se payer le luxe de choisir nos "niches" de touristes ?
Et que vient foutre la croyance des polynésiens dans cette histoire ?
"deux femmes qui se tiennent la main, ça n'a rien qui peut choquer la morale" disait la chanson du groupe Mecano... deux hommes non plus...
Qu'est-ce que ça peut bien lui foutre à Hiro Kelley que deux nanas se balladent sur la plage de Temae et s'offrent un séjour d'une semaine à Moorea pour, tout simplement, vivre leur bonheur ?
En quoi ça le perturbe dans son quotidien ?
Encore une fois, comme je le disais récemment dans une chronique DE QUOI J'M'E-MAIL ? les homos, les pédés ou les lesbiennes, sont assimilés et réduits à une image caricaturale de pervers qui vont copuler en public, sur toutes les plages, à tous les coins de rues, troublant l'ordre public et obligeant le "croyant" à rester cloîtré chez lui !!!...
Faut arrêter le délire et faire preuve d'un minimum d'intelligence et d'ouverture d'esprit.
Les homos, qui ne sont réduits qu'à leur pratique sexuelle alors qu'il me semble qu'ils ne font pas que "ça", sont aussi des êtres humains qui ont envie de dépaysement, de repos, d'exotisme, de discrétion...
Que les déclarations homophobes insidieuses comme celle-ci puissent proliférer et qu'un responsable du tourisme puisse être aussi borné, et intolérant, ça fait vraiment flipper...
Et gerber aussi !
.
.

Sphere: Related Content

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Lolo,
Je crois que tu confonds homosexuels et pédés, lesbiennes, folles et autres hommes en robe occasionnellement comme les juges et les curés (à l'époque) hahahaha
rollstahiti@gmail.com
Pour ce qui me concerne, je suis croyant : "Laissez venir à moi les p'tites nanas"... ou un truc comme çà? (J'ai un trou)

Agachon a dit…

Lolo tu dérapes!!!après notre Oscar qui visait le tourisme pakaloloteux, tu vois en ce genre de tourisme, une nouvelle destiné pour notre polynésie ???
ton blog m'amuse généralement, mais on est pas obligés d'abonder en ton sens..., même si ton texte ressemble fort à du lobbying
je suis très libéral mais c'est un phénomène de mode auquel je n'adhère pas, je n'ai aucune envie que Tahiti devienne l'arrière base de Marrakech et que l'on soit obligé de côtoyer ces groupes de personnes. Ce n'est pas parce des groupuscules nazis se rassemblent sur les cotes russes, qu'on doit se sentir obligés pour être à la mode, de les recevoir également, pour moi, c'est exactement pareil: pourquoi pour n'être pas montré du doigt, faut-il tout tolérer et apprécier ???
avec un bémol toutefois : s'ils se concentrent sur des bateaux de croisière pour faire leurs délires, qu'ils le fassent, mais qu'ils nous foutent la paix en ville qui en est suffisamment fournie ...
c'est mon avis, et comme disait Coluche : je le partage

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Agachon, tu n'es pas du tout obligé d'adhérer à mes idées, y'a aucun souci avec ça.
Je veux bien assumer le lobbying pour la tolérance et l'ouverture d'esprit, pas de problème.
La comparaison des homos avec les nazis, je t'en laisse l'entière responsabilité et je ne fais aucun commentaire là-dessus.
Faudrait juste que tu expliques en quoi des couples de nanas qui se tiendraient la main (ou deux mecs), ça perturberait ton confort et ta "paix"...
Et je suis d'accord avec toi, tu n'es absolument pas obligé d'abonder dans mon sens.
Et inversement.
...et je ne vois pas en quoi cet article est un dérapage...
Les propos de Mr Kelley par contre...
Bon Dimanche !

Anonyme a dit…

Ohla Lolo, un vrai bloggeur n'émet pas SES idées mais informe! (à mon avis).
Note: attention à ne pas faire du Presqu'îlien ou du tahititoday! Prends plutôt exemple sur Tahiti-infos et note qu'en plus je ne fais pas de ségrégation: aucuns de ces trois ne sont en plus exclusivement pro-PD-LB (pédés-lesbiennes) mais uniquement anti-UPLD hohohohohoho

Plus sérieusement et pour ton information, les NAZI (d'où le dérivé élémentaire "naze") étaient pratiquement TOUS homo-texuéls.

Bref, je donne un 9 sur 10 à l'intervention de Agachon et m'abstiendrai de te noter per que je te donnerai un "mas" qui te... perturberait hihhihihi

rollstahiti@gmail.com

Note: petit délire entre amis. (De tous bords)

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Alors je me fous éperdument de savoir si je suis un vrai blogueur ou un faux.
Le site existe depuis fin 2007, j'y mets mes coups de coeur et mes coups de gueule.
Ce n'est pas nouveau...
D'où est-ce que tu tiens que "un vrai bloggeur n'émet pas SES idées mais informe" ???
Je serai très curieux de savoir ça !
Donne-moi vite la référence de la charte mondiale du blogueur ça m'intéresse !
Au contraire, un blog est un espace de liberté ou l'auteur met ce qu'il veut dedans, et assume son contenu, en respectant des limites qu'il se fixe.
Je ne me compare ni ne m'inspire de personne et je rappelle que je ne suis pas journaliste.
Tout le monde peut tenir un blog pour dire ce qu'il pense sur tout justement...
Je ne demande pas à faire l'unanimité ni à imposer mes idées et c'est toujours intéressant de débattre et d'échanger avec des gens ouverts, et tolérants.

Luc Bruxelles a dit…

Alors là je suis très surpris par les réactions que provoque ton message. Oui bien sûr un blog est un espace de liberté. Les commentaires sont atterrants en quoi un couple différent est-il choquant aussi longtemps que celui-ci se comporte en respectant la décence je ne vois pas en quoi cela concerne ces messieurs censeurs. Faudra-t-il remplir une nouvelle forme d'ESTA pour rentrer en Polynésie où il faudra déclarer comme le chante Brassens "Divulguer avec qui, et dans quell' position
Je plonge dans le stupre et la fornication ?"
Non je crois rêver voilà des gens qui se juge compétent pour faire une sélection des visiteurs. Moi ses propos m'inquiètent j'espère qu'ils ne feront pas le tour de la toile, car cela pourrait encore un peu plus écorné l'image du paradis terrestre Polynésien.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Merci Luc.
J'assume ma subjectivité et comme tu dis, je suis surpris aussi par les commentaires, y compris sur la page facebook du Tahiti Herald Tribune où un certain Sandy Ellacott écrit à propos de mon article et de moi-même : "Tahiti Herald Gay Tribune : encore une petite bite de journaliste qui n'a rien compris au film... rentre chez toi pédé !"
Donc sujet très sensible et il y a de quoi être inquiet je pense, Luc, vu les bastions homophobes qui s'affichent de plus en plus...
Je précise qu'on peut être hétéro et lutter contre l'homophobie.
C'ets mon cas.

JeVotedoncJeJuge a dit…

Et si on parlait des dérapages des représentants de l'église catholique (ou des autres religions, j'suis pas sectaire)ou de certains des hommes politiques locaux qui ne dédaignent pas de gouter certains soirs aux "vahine-tane", juste comme ça, pour faire diversion ??
Votre intolérance n'a de commune mesure que votre bêtise !

alain a dit…

Lolo, je partage tes propos tolérants et intelligents...qu'on leur foute la paix aux homos ! ils sont en général discrets, bien élevés et certains feraient bien de s'en inspirer...
Moi j'assume mon hétérosexualité sans difficultés particulières !
Il me faut pourtant supporter les cons, les petites cervelles et les manipulés qui prolifèrent chez les hétéros...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Merci Alain...
Il me semble pourtant t'avoir aperçu en ville tenant la main de ta chérie.
Heureusement que mon gosse n'a pas vu cette scène choquante et indécente...
M'enfin... Alain....
Un peu de tenue quand même !!!
:)

Pito a dit…

[...]

Voici pour remettre les choses dans le contexte où je le comprends à titre personnel, et j'ai bon espoir de ne pas me tromper.

Ensuite, admettons que cela se fasse, quel est l'impact pour la société polynésienne? Un peu d'histoire avant cela. Le mahu faisait partie de la société d'antan bien avant l'arrivée de européens. Il avait un rôle bien défini dans la société, contribuait parfois même à la survie des populations en temps de guerre, et cela contribue au fait j'en suis persuadé que nous faisions partie des rares pays au monde où on peut voir des mahu un peu partout dans l'organisation de la société sans que cela choque. A peu près partout ailleurs, il est totalement rejeté, et donc forcé à s'organiser en communauté à part.

Dans ma famille, nous avons accueilli et hégerbé pendant des années un mahu chassé de sa famille (autre sujet complexe) qui est devenu au fil des années un membre à part entière de notre famille, dans la continuité de ce que les Ma'ohi d'antan avait fait: donner une place et une dignité au mahu sans le juger. Voici pour le mahu, qui par ailleurs n'était autrefois pas forcément homosexuel.

Ensuite il y a les Raerae, qui n'a strictement rien à voir avec le mahu. Je précise ici que je respecte les raerae et apprends à mes enfants à ne jamais se moquer d'eux, leurs vies n'est pas simple et nombre d'entre eux ne l'ont pas choisi. Ceci dit, il faut savoir de quoi on parle, le raerae est une notion moderne importée issue du choc culturel avec le monde occidental - la France dans notre cas. Leur apparition s'est faite avec la création du Centre d'Expérimentation du Pacifique (essais nucléaires) dans les années 60, pour répondre opportunément à une "demande" des militaires français.

D'un mahu accepté dans la société et à qui on a permis d'être digne, on est passé au raerae dont la vie est intimement liée au paraître, à la séduction, et malheuseusement à la prostitution. On en revient ici à l'argent. Nombre de raerae (à mon avis, tous) ne se prostituent pas par choix mais pour financer les moyens d'espérer devenir une femme. Au départ, et pour les avoir écouté, il y a juste une aspiration à être mieux dans sa vie et dans sa peau, il y a des rêves, il y a une envie d'être accepté et laissé en paix, mais cela passe notamment par là.

Désolé pour cette parenthèse un peu longue sur les mahu/raerae mais je voulais mettre en avant cette différence capitale pour également comprendre cette histoire de tourisme homosexuel et distinguer "les homosexuels" de la communauté "DINK" dont on parle ici. Mettre tous les homosexuels dans le même paquet ne permet à mon sens aucun raisonnement éclairé sur un sujet aussi complexe.

Ceux qu'on viserait correspondent à une niche marketing, disons les choses, assez particulière. Ce n'est quand même pas la Gay Pride mais cela s'en approche un petit peu. C'est plutôt l'homosexuel bourgeois militant et voyant, une minorité d'ailleurs parmi les homosexuels et c'est un drame qui contribue à un rejet massif que je déplore. C'est l'homosexuel avec les cheveux très courts, parfois une houpette, des codes vestimentaires très branchés (ils font d'ailleurs souvent la mode que les hétéros suivent ensuite, c'est assez drôle), ils ne se cachent pas et au contraire veulent qu'on les voit (aspect revendication).

[...]

Pito a dit…

[...]

Et là, on parlait de choc culturel tout à l'heure avec le CEP, il y a manifestement une réticence du Ma'ohi, et c'est je pense ce qu'a dit peut être maladroitement Hiro (que je ne connais pas et qui m'importe peu d'ailleurs). Lorsqu'il dit croyant, il faut savoir que le Ma'ohi est très majoritairement croyant dans les bases (bon tous ne sont pas des saints, ça on est d'accord!). La religion, et sans préjuger si c'est une bonne chose ou pas, fait partie intégrante du quotidien du Ma'ohi, il rythme la vie de tous les jours. Je pourrais expliquer pourquoi historiquement et sociologiquement, mais ça va être trop long et pas forcément utile pour la suite. Mais quel rapport entre religion et homosexualité me direz vous?? C'est assez simple je pense, cela est lié à la sacralisation du couple dans sa dimension de procréation, ce n'est pas plus compliqué. Alors voilà ce sont des réflexes, c'est une norme dictée par mère nature, c'est très compliqué je l'accorde, pas toujours juste pour ceux qui en font les frais. Chacun est libre de sa vie tant qu'il respecte celle des autres, je crois très fort à cela, mais lorsque cela devient trop voyant ou revendicatif jusqu'à rentrer potentiellement en confrontation avec le modèle de société Ma'ohi, basé sur le rythme religieux, un modèle atomisé depuis 50 ans comme peu le réalisent, Hiro marque un point. On peut discuter philosophie ou utopie pendant des heures, mais au final, ne tournons pas autour du pot, c'est un suicide politique assuré pour ceux qui franchiront le pas (probablement l'unique raison pour laquelle Hiro a dit cela). Vox Populi, Vox Dei.

Bref.
Le regard de la société sur les homosexuels doit-il changer? Oui.
Est-ce facile? Non.
Faut-il, pour relancer notre tourisme désastreux, prendre le train du "tourisme homosexuel"? Je pense que Non car il suppose de cibler une catégorie d'homoxesuels qui seront accueillis à bras ouverts par les professionels du tourisme (et leurs banquiers) mais pas par la population traditionnelle.

Soyons également pragmatiques, nos politiques ne savent déjà pas faire du tourisme de base, alors commençons par le début et par le plus simple: coût exorbitant du voyage, scandale des défiscalisations d'hotels, véritable promotion des pensions de famille, GIE moribond, inutilité de la délégation à Paris, confier ATN à un professionnel...

Tout homosexuel doit être libre de venir voyager en polynésie, jusqu'à preuve du contraire il le peuvent et cela se passe très bien car je n'entends pas de faits divers d'homophobie envers eux. Mais dès l'instant où on communautarise les homosexuels pour faire du fric, via le ciblage des DINK ou de l'homo economicus, on risque d'avoir une réaction de rejet. Au final, on n'aura rien gagné, et lorsqu'ils repartiront, ils ne manqueront pas de dire partout que l'accueil polynésien... c'est fini.

Pito a dit…

Iaorana Lolo,

Avant tout, je souhaite dire qu'il est important que ton blog continue pour longtemps et que tu puisses y dire TOUT ce que tu veuilles. La liberté n'a pas de prix tant qu'elle n'empiète pas sur celle des autres. En l'occurence, ceux qui ne supportent pas tes idées sont libres de ne pas venir sur le blog CQFD.

Maintenant pour en revenir au sujet éminnement complexe des différentes facettes de l'homosexualité dans nos sociétés modernes.

D'abord, le sujet soulevé par Hiro ne concerne que le tourisme homosexuel. Il est important de ne pas faire un amalgame hâtif entre tolérance, liberté, intelligence, et autres réflexions philosophiques.

Tourisme homosexuel.

Ce préalable a une importance capitale à mon humble avis. Qui dit tourisme homosexuel dit, et c'est un fait vérifiable, tourisme avec cible communautaire. Le terme n'est surement pas adapté pour désigner les homosexuels, qui jusqu'à preuve du contraire, sont des citoyens libres non définis par leur préférences mais comme les hétérosexuels par leur nationalité, leurs origines, leur milieu social... Mais d'un point de vue des marketeurs du tourisme, ils auront assurément une bête approche communautaire. Par exemple, aux US, on trouve des dizaines et des dizaines d'agences de communication dites LGBT (Lesbian-Gay-Bi-Trans). Le message pour les attirer est ciblé, les endroits où il sera véhiculé très précisément choisis, et le contenu des prestations touristiques légèrement (voire lourdement) adapté pour les convaincre d'acheter un séjour. Il n'y a qu'un patron: le client. Et il peut licencier tout le personnel, depuis le directeur jusqu'à l'employé, tout simplement en allant dépenser son argent ailleurs.

Si on s'intéresse un peu au sujet, le tourisme homosexuel dont on parle ici est celui dit "à fort pouvoir d'achat", c'est à dire qu'on va cibler les couples homos qui ont une capacité supérieure au touriste moyen à dépenser. Aux US, on parle de la notion (généralement vraie) de DINK: Double Income No Kids. Double salaire, pas d'enfants. On parle ici de business et de gros sous, pas de liberté ou de tolérance, ni de modèle de société. Le reste, enfin si on veut rebondir sur les propos de Hiro, est je crois totalement hors sujet (mais tout à fait intéressant dans le cadre d'une autre discussion!).

Pour donner un exemple, les marketeurs, communicants et financeurs du tourisme homosexuel ne ciblent pas les homosexuels au sens sociologique du terme mais, pour aller vite, des couples homosexuels aisés à très aisés, pour qui certains codes communautaires (sans aucun jugement de ma part) ont de l'importance : concept de la communauté "arc en ciel", faire la fête, militer pour plus de droits civils... Exemple concret, la communauté des Gays du quartier du Marais à Paris, voilà les proies du tourisme homosexuel. Le fort pouvoir d'achat est là, vous pouvez être sûrs que personne n'ira cibler ni démarcher les homosexuels des campagnes. Le tourisme homosexuel tel que vu et mis en place par ceux qui misent dessus, a ZERO but philosophique ou intellectuel (encore moins sociologique) et CENT POUR CENT but un but bassement mercantile. Dans les petits salons marketing, on parle même d' "Homo Economicus" pour désigner ces homosexuels prêts à dépenser.

[...]

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Merci à PITO pour ce long rappel très instructif.
Désolé pour l'affichage, le 3ème publié est le 1er pour la lecture...

@ne a dit…

Je trouve anormal qu'on emploie un autre terme que "normal" pour "hétérosexualité", ce dernier mot ayant été inventé par un gay pour se rendre moins "anormal".

La nature aussi a ses "gays" (si si, j'ai déjà vu des chiens homosexuels). La différence, c'est qu'ils ne se gargarisent pas de mots, et qu'ils n'ont pas d'autres prétentions (je n'ai jamais vu un chien gay demander à avoir des chiots par exemple).

Après, qu'on les laisse vivre leur vie, mais qu'ils me laissent vivre la mienne... Normale.

anonymE a dit…

DONC, pour en rajouter une bonne couche avec les préjugés et autres amalgames pourris, HIRO KELLEY IL SERAIT PAS UN PEU GAY SINON ??
LOL.
D'accord à 100% avec toi Lolo !! Et pour les parahata qui brandissent encore la "tradition", "la sacralisation du couple dans la procréation", la religion (les prêtres catholiques me font bien rire tiens !), la pseudo tolérance "ah mais je suis quelqu'un de très tolérant mais je veux pas de ça chez moi !" et autres hypocrisies, il faudrait arrêter d'être aussi bête un peu !
Agachon, je te vise plus particulièrement, je ne te félicite absolument pas pour ta comparaison vaseuse avec les nazis.
Pito, merci de nous avoir éclairés comme toujours de ton savoir éblouissant et infini, mais je ne crois pas que le débat sur la tolérance soit hors sujet ici. Qu'est-ce que c'est une société qui marginalise, qui discrimine une partie de sa population selon de tels critères ?? Réponse: l'APARTHEID. Tes platitudes et ton "pragmatisme" m'exaspèrent. Et pour ton info, il y a parfois des cas de graves tabassages sur des touristes homos à Tahiti, je croyais pourtant que tu avais la science infuse?
En tout cas, maururu Lolo, tu ne me déçois jamais, et je souhaite longue vie à ton blog :)

agachon a dit…

à @nonyme: tu ne comprends pas ma phrase, je n'ai jamais fait l’amalgame entre les nazis et les gays !!! j'ai tout simplement dit que je refusais d'adhérer à des phénomènes de mode pour paraitre cool et branché ... L'exemple des nazis étaient tout simplement parce que je venais de voir une émission où ils étaient accueillis les bras ouverts dans un village russe, pour faire leur show, sous prétexte que ça donnait du boulot aux villageois !!! Et bien, je suis peut-être con mais je refuse d'adhérer à ce genre de lobbying ...
les gays ne n'amusent pas plus que cela, mais pourquoi les parquer si ce n'est de vouloir mieux leur soutirer du pognon !!!, ils doivent rester anonymes comme tous les autres touristes, ils le font déjà et c'est très bien comme ça ...