vendredi 26 août 2011

La surenchère de Geros : et maintenant... LA GUERRE !

.
.


L'affaire de la poignée de stagiaires enseignants est utilisée comme prétexte par le gouvernement pour continuer l'escalade verbale...
Le vice-président Geros a en effet été jusqu'à parler de "guerre" avec l'Etat dans cette histoire qui n'est quand même rien d'autre qu'une lutte pour le maintien de privilèges puisque, alors que n'importe quel stagiaire de France irait de Montpellier à Pointe-à-Pitre ou de Cayenne à Angoulême, il faudrait que nos jeunes profs polynésiens, eux, ne s'éloignent pas de Punaauia ou Mahina....
Privilège géographique mais aussi peut-être piston de chez piston puisque la liste des noms des stagiaires nous révèle qu'il y a, parmi ces futurs fonctionnaires "maltraités" (pour reprendre une autre expression de Geros), le nom de famille d'un syndicaliste local bien connu, et celui d'un des piliers de l'UPLD...
Lien de parenté très éloigné sans doute....
Pure coïncidence vraisemblablement...
Donc Geros va tout cafter et faire des lettres, à Paris, en Nouvelle-Zélande, à Nouméa...
Qu'il mette de beaux timbres, c'est tout ce qui sera conservé !
Surveillez bien les journaux de TF1, LCI et autres... va y'avoir des éditions spéciales sans doute !
Parler de guerre est juste d'une indécence monstrueuse, d'un connerie gigantesque et d'une irresponsabilité infinie...
Le rôle d'un vice-président n'est-il pas plutôt d'entrer en guerre contre le chômage et la paupérisation ?
...ou alors de monter sur ses grands chevaux pour défendre un petit groupe de (futurs) privilégiés ?
Et donc, selon la fine analyse de Geros, c'est une attitude coloniale de la part du Haut-Commissariat, de vouloir éviter une jurisprudence qui permettrait, si les arrêtés polynésiens en restaient là, à de futurs stagiaires de métropole d'exiger que leur affectation se fasse près de leur domicile.
C'est donc colonial et néo-colonial que de lutter contre les privilèges d'une vingtaine de jeunes nantis de "bonnes" familles locales...
S'ils ne voulaient pas être sujets à une éventuelle mutation hors du fenua, il fallait choisir une autre orientation...
Chacun est libre de juger !
Un lecteur écrivait hier que j'exagérais... Et après les déclarations du vice-président, les mâchoires serrées par la haine, qui est-ce qui exagère ?
Entre l'éventuel boycott du drapeau français à la cérémonie d'ouverture des Jeux du Pacifique, l'arrestation d'un athlète à Nouméa chopé avec des produits dopants (qui fait la Une de la presse calédonienne qui se régale avec ça sans dire un mot des conditions pourries d'hébergement de la délégation de nos sportifs), les courriers débiles qui vont être lâchés tous azimuts par le gouvernement... la Polynésie va encore être la risée des observateurs internationaux.
Dans ce concert de petites phrases quotidiennes, le gouvernement plante des arbres destinés à cacher la forêt des problèmes réels de la population...
Normalement, ce serait à Jacqui Drollet maintenant d'y aller de son petit excès...
Ce sera pour ce week-end sans doute.


.
.

Sphere: Related Content

21 commentaires:

Anonyme a dit…

Paris, brûle-t-il ?

Anonyme a dit…

Pauvres minables...
Il est vraiment temps qu'une sérieuse leçon de vie leurs soient données....
Leurs descendants les maudiront mais cela sera trop tard
Et DIEU y reconnaitra les siens parmi les boats people qui mourront par centaines pour tenter de rejoindre le paradis perdu....
ALEA JACTA EST

Anonyme a dit…

Et dire qu'il y a des gens qu'on forme pour être bons voire très bons, ici ils sont doués/nés mauvais ... voire très mauvais (en restant polis hein!).

Albert a dit…

Bah, Lolo, contrairement à ce que t’écrivait hier un colonisé très malheureux, tu es loin d’exagérer, malheureusement.

D’ailleurs, le colonisé en question se trompe de cible : les Français ont tout offert gratos aux Polynésiens : éducation, sécurité, progrès, santé, savoir-vivre, paix, etc. Non, la cible des colonisés devrait être ceux qui leur ont piqué leur pouvoir, leur fric, leurs terres et leurs femmes.

Gaspard Alizant a dit…

pourquoi la presse locale reprend les conneries de ce mec?
Il eut été plus important à mon sens de titrer sur le fait que Nicolas Sarkozy, président d'une des plus grandes puissances du monde, est en ce moment à Noumea, et ne se donne pas la peine de venir jusqu'ici!
ça c'est un vrai sujet

Anonyme a dit…

enfin un article qui soulève le vrai fond du problème !!!! Et oui pourquoi les autres stagiaires accepteraient-il de partir si on accorde encore un privilège à ces petits tahitiens déjà trop gâtés !
Il n'ont qu'à demander à faire des vacation dans l'enseignement primaire ( et même secondaire) puisque là, il y a préférence territoriale et qu'avec juste le bac on peut enseigner....
Et puis attention, Monsieur le ministre de la boxe, ce n'est pas indépendantiste que vous êtes mais bien raciste (vos copains aussi d'ailleurs)

Moi, j'ai une solution . En sachant que l'on est jamais affecté là où on fait son stage , je propose qu'ils fassent effectivement leurs stages sur le fenua et puis basta, comme les autres, mutés à Sarcelle et compagnie....

Totara a dit…

ces propos sont honteux et je pense que c'est encore un gros coup de buzz pour masquer les vrais problèmes et malheureusement les médias tombent toujours dedans XD.
en ce qui concernent les profs, je suis d'accord avec toi lolo mais lorsqu'un métro viens ici enseigner, l'Etat lui offre tous pour s'installer. Quand un local vas en France bin .... rien. Là aussi il y a de l'injustice non ?

Temana a dit…

Il fallait bien annoncer une "grande guerre" après les p'tites guerres.
Faut être logique jusqu'au bout, non?

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Oui TOTARA il y a des paradoxes c'est vrai donc il faut en effet aller vers plus de justice, et en l'occurence ne pas faire une exception avec cette poignée de stagiaires, mais qu'ils partent, en étant aidés comme les autres alors !

Anonyme a dit…

C'est vrai que les propos de Géros (et de Tauhiti également) restent excessifs et ne cadrent pas avec la réalité des règles de jeu dans le domaine des profs stagiaires. Mais nous aussi les bloggeurs nous y allons aussi dans l'excès pour juger les uns et les autres... tiens ça me rappelle la même situation vécue par mes proches en résidence à Noumea dans les années 1980 et l'on sait ce qui est advenu par la suite. Evitons de jeter de l'huile sur le feu et Vive Tahiti Nui pacifique ! Nano

Fiuman a dit…

C'est là qu'on comprend la réinscription ... et oui, Oscar il a dit avec l'ONU, y'a plus la guerre !
Finalement, il est pas si bête qu'on pourrait le croire ...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

> NANO...nyme : "Mais nous aussi les bloggeurs nous y allons aussi dans l'excès pour juger les uns et les autres"... Crois-moi, Nano, si je devais exagérer, le THT changerait de visage !!!
Je ne peux pas nier que ce n'est pas l'envie qui me manque (sans donner de précision justement pour rester soft...), mais je revendique le jugement de personnages publics ou le commentaire sur un homme politique.
J'essaye de le faire en donnant un avis qui n'engage que moi, en laissant la parole aux lecteurs qui pensent différemment, et en ne perdant pas de vue que je m'expose au risque de diffamation.
Dire que la décolonisation est une lubie d'un président obsédé ne me semble ni insultant ni agressif.
Dire qu'il ferait mieux de balayer dans sa commune avant d'aller ameuter la scène internationale, et s'occuper de ses administrés qui n'ont rien est un avis de citoyen.
Dire qu'il y a une escalade verbale est un fait avéré, et cela me semble nécessaire parce que je sens, à tort ou à raison, des arrières-pensées...
Il se trouve que j'ai quelques informations croustillantes qui me sont rapportées et qui semblent véridiques, mais je n'en parle pas parce qu'il n'y a pas de preuves.
Rien d'énorme, des exemples de magouilles et de pistons touchant des gens bien placés...
Tout cela, Nano, pour dire que, contrairement à ce que tu penses peut-être, je suis en vérité, très modéré, et très en retrait !!!
Merci pour ton comm' et bon W.E.

Anonyme a dit…

@ Lolo, J'aime bien ton "NANO...nyme". à/p de maintenant je signerai N'anonyme.
Heureusement que les coms de THT restent entre nous, une portion très congrue de 0,000000001 % des résidents de Tahiti Nui.
Vive la liberté mais Stop aux excès ! Bon WE à Tous ! N'anonyme

Anonyme a dit…

GEROS, DROLLET et bien d'autres sont des noms qui sentent trés fortement une origine "made in france". Difficile de croire que ces gens là veuillent déclarer "du n'importe quoi" à leurs propres origines !!!!Bref, lorsque je prends connaissances des infos de ce fénua que j'aime tant, je me dit qu'il y a des paquets d'Anes au m². Ont ils vraiment la notion réelle des mots Décolonisation ou Indépendance ? J'en doute fort....

Anonyme a dit…

1) LOLO, le jour ou tu seras inquiété, les anonymes que nous sommes, ne le seront plus... et mettront leurs réseaux à la disposition de TA défense....
2) Dernier anonyme, tu as raison, le jour ou les cons vont voler ici, on ne verra plus le soleil, et tu as déjà donné les noms de quelques chefs d'escadrilles....

MAis rira bien qui rira le dernier... Ce qu'ils n'ont pas compris les chainons manquant, c'est que le référendum se fera par archipel et que là les surprises seront grandes...

brad a dit…

Yo LOLO
A propos de ton commentaire du 26 à 13:52 au sujet de nos "pauvres" prof.stagiaires.
Tu dis " qu'ils partent, en étant aidés comme les autres alors !"
Le vrai problème c'est juste qu'en France, puisqu'ici on n'est déjà plus en France depuis belle lurette, ils ne vont pas toucher le même salaire qu'ici. Ils vont être payés comme tous les prof. stagiaires français c.a.d. 1584€ net mensuel, hors perception de l'indemnité de résidence et du supplément familial de traitement. Source:http://www.education.gouv.fr/cid1058/professeur-certifie.html
En plus il va falloir qu'ils fassent leur déclaration pour les impôts sur le revenu.
Et pour aller au boulot une vieille Twingo, 106 Simca 1000 Pigeot, ou autre à moins que ce ne soit le Péi qui leur paye le déménagement de leur BMW, Mercedes ou autre Dodge 4X4.
Bon, je m'arrête-là pour ne ne pas leur filer encore plus le bourdon. Sinon il faudra en plus leur payer des consultations chez le psy.

Anonyme a dit…

Et dans les autres concours on fait comment ?

Il me semble que pour la gendarmerie par exemple, les jeunes polynésiens lauréats doivent aller faire un an ou deux en France, pour revenir ensuite.

je crois bien que c'est pareil dans bien d'autres domaines.

Pourquoi ce serait différent pour les profs ?

Marc

Ku Kanaka a dit…

@Albert:

Gratos ? Tu ne dois pas être au courant du "deal" que certains de nos élus de l'époque (pas Oscar) ont passé avec la France (sans aucun référendum): vous testez vos bombes nucléaires chez nous, en échange d'importants transferts de fonds pour notre développement économique. L'histoire nous dira si c'était une bonne affaire pour la Polynésie, mais vu le nombre de cancers et de déchets toujours radioactifs, je pense que la réponse est clairement non.

Si tu en doute, voici le discours de De Gaulle, où il parle clairement de "compensations":

http://www.youtube.com/watch?v=S6MS5XmGezo&playnext=1&list=PLFC30AEC2DDB5FD2B

Tu parles de paix, De Gaulle en parlait aussi: grace à la Polynésie, la France disposerait d'une arme de dissuasion, garante de la paix dans le monde (d'après la doctrine de l'époque). Sans la Polynésie, peut être que la 3ème guerre mondiale aurait éclatée à la place de la guerre froide ? Paris brûlerait peut être bien dans ce cas...

Gratos ? Aussi grace à la Polynésie, la France aujourd'hui se vante de sa deuxième place mondiale en ressources sous marines (10 millions de km carrés, dont 50% en Polynésie). La revue Capital de mai 2011 fait le bilan:

http://www.capital.fr/enquetes/economie/avec-ses-immenses-fonds-marins-la-france-est-paree-pour-l-avenir-604215

Une phrase intéressante dans cet article: "Il faut dire que, à la différence de ces pachydermes continentaux, notre petit Hexagone a colonisé au fil des siècles une poussière d’îles sur tous les océans."

Tu devrais aussi prendre en compte, dans ton bilan, tous les Polynésiens qui sont morts pour la France, lors de la 1ère et 2ème guerre mondiale. Je ne pense pas que beaucoup de Français se soient sacrifiés pour nous...

Albert, et les autres Anonymes qui pensent que nous sommes des "chainons manquants" (joli) et "rira bien qui rira le dernier", vous ne serez peut être plus en Polynésie le jour de notre indépendance, mais si vous y êtes, vous serez surpris que ce ne sera pas une indépendance sanglante, et qu'on ne vous demandera même pas de partir. Il existe dans notre fenua plus de tolérance, d'amour et de fraternité que vous ne pensez.

Ku Kanaka

Anonyme a dit…

Alors déjà il faut savoir que le concours de prof et le concours de gendarme n'est pas tout à fait du même niveau de difficulté ! ensuite un gendarme va faire sa formation en france car il n'y a pas de formation de gendarme à tahiti ce qui n'est pas le cas pour les enseignant puisque nous avons un ministère local un vice rectorat et une direction des enseignement secondaire qui assure la formation des professeurs stagiaires grace à la présence d'inspecteurs d'état de formateurs et de professeurs tuteurs de haut niveau.
Enfin LOLO il est carrément stupide de parler de piston quand on connait la difficulté et le travail qu'il faut fournir pour arriver à réussir ce putain de concours, et absolument tous les jeunes qui réussissent ces concours sont des bosseurs hors paire, qu'il soient de "bonne" famille ou non.
Il faut savoir aussi qu'il n'y a jamais eu depuis que le concours existe de stagiaires polynésiens qui aient été obligés de partir en france faire leur stage, mais aussi qu'un français qui réussi son concours en france ne sera jamais obligé de partir effectuer son stage à 20000 km de chez lui mais qu'il devra au contraire attendre de longues années et être super bien noté pour pouvoir venir enseigner par chez nous.
Et je conseillerais à tous ceux qui passent leur temps à critiquer ceux qui consacrent leur vie à éduquer leurs enfants, en les traitant de privilégiés ou je ne sais quoi, d'aller passer le concours du capes s'il en sont capables, sachant q'il faut déjà 4 années d'études supérieures pour s'y inscrire, et qu'il faut encore passer un an de stage avant de pouvoir être titularisé, en cas de réussite car avant tout il faut déjà pas mal de tentatives pour réussir.
Déchainez vous donc plutôt sur les incapables qui nous dirigent et qui sont grassement payés avec votre argent pour mettre le pays au fond du trou...... ne vous trompez pas d'ennemis.

Gaspard Alizant a dit…

@ku kanaka

Bonsoir,
Que la bombe nucléaire soit une saloperie, tout le monde en convient.
Que les gens qui ont été victimes indirectes des tirs en atmosphère doivent être indemnisés, je crois que tout lemonde en convient.
Mais lier les cancers au nucléaire, c’est faire un peu vite abstraction des pesticides dont sont gavés les légumes locaux, les bananeraies traitées avec de l’huile de vidange et autres spécificités locales.
Que des polynésiens soient morts pour la France, c’est vrai, mais des américains, des australiens et des néo zélandais sont aussi morts, pas vraiment pour la France comme tu le dis, mais pour lutter contre le nazisme.
Des français sont morts en Espagne pour la même cause, des Anglais en Libye contre les fascistes italiens etc.
Quant à l’indépendance, il faudrait sans doute faire un référendum. Temaru nous explique qu’il faudrait d’abord revoir les listes électorales afin d’éviter que les gens installés depuis peu sur le territoire prennent part à ce vote : à qui fera t on sérieusement croire qu’il y a plus de métropolitains qui se sont installés depuis dix ans que de métro qui sont partis ?
Il s’agit bien sur pour Temaru d’éviter ce référendum dont l’issue le renverrait probablement à la réalité, et qui l’empêcherait de continuer à parler de l’indépendance comme étant un désir fort des polynésiens.
Gaspard

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup le discours serein, denrée rare sur les blogs en ce moment, que tient Ku Kanaka ! Merci.