samedi 16 octobre 2010

Rigueur : Les efforts exemplaires du gouvernement...

.
.

Je pense que je reviendrai sur la tournée du grand cirque de Marie-Puce Lenchard, mais il me semblait intéressant d'extraire une question qui lui a été posée par Natacha Szylagi lors de l'interview qu'elle a accordé à RFO vendredi soir...
La jolie Natacha, bien mal éclairée, lui demandait : "est-ce que vous pensez que le Président Gaston Tong Sang a déjà suffisamment d'efforts ?"
...ces efforts de rigueur préconisés par le rapport Barthélémy...
et Marie-Puce de répondre : "j'ai cru comprendre qu'il avait engagé une maîtrise des dépenses publiques en diminuant ses coûts de fonctionnement..."
Ah oui ?
Et ben elle a mal cru, et elle a mal compris ou alors on lui a menti...
En effet, il est intéressant de voir que, le 7 octobre, notre gouvernement de rigueur faisait passer en loucedé un texte au journal officiel de la Polynésie Française, l'arrêté n° 1721CM, accordant des indemnités de sujétion spéciale à certains emplois...
Mais lesquels Lolo ? me direz-vous, bande de petits curieux !
Les maçons et les charpentiers qui bossent au soleil ? les dockers ? les pêcheurs ?
Tssss.... aita !
Cet arrêté a été scindé en 2 parties : la première pour les agents du Service des moyens généraux (SMG), qui sont mis au service dans les cabinets ministériels, et la seconde concernant le Secrétariat général du gouvernement (SGG).
C'est une rémunération supplémentaire qui s'ajoute à la rémunération de base et qui, pour l'indice 37, peut aller jusqu'à 200.000 fcp de bonus (env. 1.700 €)...
Voilà... voilà... vive l'administration, ce maillon si productif de l'économie polynésienne !
C'était l'épisode 897 de votre feuilleton préféré "prenez-nous pour des cons, on le vaut bien !"
Rigueur ? vous avez dit rigueur ?


cliquez pour agrandir les documents
.
.

Sphere: Related Content

9 commentaires:

Anonyme a dit…

elle a bien dit :" j'ai cru comprendre..."
elle comprend tout puisqu'elle est issue du terrain et puis on est pas ministre de l'Autre Merde pour rien
OQPHIé

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

...elle a cru ? ...on est cuits !

Anonyme a dit…

"Charité bien ordonné commence par soi-même !" et GTS a toujours bien compris cet adage pour soi-même et pour ses sbires bien en cour ! des vrais morpics de la société !
Nano

topikite a dit…

Je suis en train de lire "Absolument de-bor-dee' de Zoe Shepard, il y a des rires +++ mais a la fermeture du livre, on pleure beaucoup quand on apprend a quoi servent nos impôts.
Bon dimanche lolo et lecteurs de THT

brad a dit…

Yo
Les suisses l'ont fait: le plus long tunnel du monde.
Nous on l'a fait: le plus long collier de fleurs du monde.
Sans commentaire.

Tevaiarii a dit…

Au cas ou tu n'aurais pas bien compris, il ne s'agit pas de primes supplémentaires. Elles existent déjà, mais comme la nomenclature des emplois cabinets a changé, il faut changer les textes. Le nom du poste ayant changé, on le renomme et on lui attribue les primes qui vont avec. Il n'y a pas de dépense supplémentaire et il n'y a pas de scandale a attribuer une prime de sujétion à un fonctionnaire qui normalement finit à 3 h et qui, en cabinet, va finir à 17 ou 18 h. ça remplace les heures sup'.

Pierre a dit…

Mon dieu, finir à 17H, ... brrrr quelle horreur.

Anonyme a dit…

L'emprunt, "Plan B" ?! DEXIA.... Dexia ? N'est-ce pas la banque qui avait connu bien des difficultés ? Là où les fonds de retraite CPS avaient été partiellement placés ?i Dont on parle sans les voir réapparaître dans les comptes de gestion de la CPS ?! Fonds qui semblent avoir été utilisés plus pour l'Etat d'Israël que pour la Polynésie ?!

Le Plan B, c'est "emprunter" nos propres fonds (pas disparus pour tout le monde de toute évidence) ? !!!!!!

Anonyme a dit…

@Tevaiarii :

rapport Bolliet, Tome 1, annexe 4, page 21 :

"les indemnités de sujétions spéciales sont critiquables. Ces dernières ont été attribuées par délibérations ou par arrêtés successifs à un nombre limité d'agents et de services (... service des moyens généraux ...) sans que la justification soit avancée, ni au regard d'une contrainte horaire objectivité pour tous, ni au regard du niveau de responsabilité effectifs des agents concernés"