samedi 27 février 2010

Alerte tsunami à Tahiti....

.

La planète part en couilles ! Après le séisme au Chili, alerte tsunami dans toute la zone Pacifique.
Je n'ai pas entendu du tout la sirène municipale vers 04:00 du matin, mais par contre j'ai bien entendu le jingle sonore de l'arrivée d'un sms pour me prévenir (merci Aumiti...), suivi de l'appel d'un ami (merci Jules).
Dans ces moments-là, on ne réfléchit pas trop, on réveille son gamin, et on essaye de sa barrer en hauteur sans savoir si une vague arrivait dans 5 minutes ou dans 5 heures...
Oui, il ne faut pas prendre la voiture je sais, mais bon... à cette heure-là, je me suis dit qu'on arriverait à circuler donc j'ai pris la bagnole au risque de me faire faire la morale par le premier mutoi venu, mais nous n'en croiserons aucun et, en quelques minutes, comme beaucoup d'autres, nous nous retrouvons en hauteur, en pleine nuit, sur un point culminant avec vue panoramique.
RFO fait encore un boulot fantastique en étant présent et donnant enfin des détails.
Pour Tahiti ce serait vers 07:50, une vague estimée entre 80 cm et 2 mètres.
donc presque trois heures à tirer.
L'interdiction de circuler est décretée.
Premières lueurs du jour.
Prévenir aussi un proche au cas z'où...
Le réseau VINI déconne évidemment, dès qu'il y a un truc important à dire, ça plante !
RFO donne la parole à une dame des Marquises qui décrit ce qu'elle voit : deux tourbillons... elle va répéter pendant une demi heure qu'elle voit des tourbillons, très forts, plus forts qu'en 1993...
On sait qu'au Chili, ils ont dérouillé avec plus de 100 morts, et une île au large dont on n'a pas de nouvelles aurait essuyé un méchant raz-de-marée.
Le jour se lève, ambiance étrange, pas un pète de vent.
La mer est calme comme un lac...
Les bateaux sortent tous du port de Papeete, King Tamatoa compris et se dispersent au large, par souci de sécurité.
Puis on observe quelque chose de très spectaculaire : le lagon semble soudain se vider comme un évier. On voit très nettement les coraux apparaître hors de l'eau de part et d'autre de la passe de Taaone. Une véritable marée basse très rapide.
R.A.S. au large pourtant, les lignes que l'on aperçoit doivent être des reflets de nuages... et, peu de temps après, le lagon se remplit à nouveau et les coraux disparaissent, submergés, mais dans un grand calme, les voiliers du yacht club d'Arue ne semblent pas avoir bougé.
Donc phénomène incontestable de montée des eaux, mais pas de déferlante.
Le truc qui énerve ensuite c'est que l'on ne sait pas si c'était "ça" le phénomène attendu.
RFO et ses spécialistes ne disent pas si le risque est écarté, si "la vague" est arrivée ou non.
On a des images de mascaret en tête... sans parler du tsunami de fin 2006 en Asie évidemment.
L'heure annoncée passe... on rentre ou pas ?
L'alerte est toujours en place ou pas ?
Aux Marquises ils sont toujours en train de répéter qu'il y a des tourbillons...
Des véhicules redescendent. On se sent un peu mouton de Panurge tout à coup...
Et on redescend...
Et ça circule normalement
Et les magasins sont tous fermés, les stations service aussi
On est contents de rentrer chez soi avec une drôle de sensation d'alerte pour rien, pour la deuxième fois (la dernière fois c'était en septembre dernier), avec ces interdictions de circuler où l'on circule quand même... encore un coup, impression confirmée et partagée par les internautes sur Facebook.
Tiens une sirène... levée de l'alerte ? normalement c'est un signal long pour une levée de l'alerte. Là, ce n'était pas très long ! ...encore des doutes vite dissipés par les messages sur Facebook.
Les Marquises restent en alerte, on espère qu'ils seront, comme nous, épargnés.
Au final, il reste chez beaucoup cette interrogation : à force d'alertes pour des nons-tsunamis, le jour où il y aura un réel danger, allons-nous nous déplacer ?
Ok, mieux vaut prévenir que guérir, d'accord...


.
.

Sphere: Related Content

23 commentaires:

Anonyme a dit…

Pas Ok du tout avec le ton désinvolte que tu as adopté.
Si ce système performant d'alerte avait fonctionné en Indonésie en décembre 2004 (et non 2006), il n'y aurait pas eu 220.000 morts. Ces évènements naturels imprévisibles font toujours l'objet de choix difficiles pour les Autorités.
Mets toi 5 minutes à leur place au lieu de toujours critiquer! Ce ne sont pas des petes trouilles mais des gens responsables et qui font avec les infos que la météo leur donne. Vas faire un tour dans les cellules de crise, tu verras. C'est pas si évident que cela de décider.
C'est avec des articles comme le tien qu'un jour tout le monde sera fiu et que ca morflera sévère.
Par respect pour les 220.000 victimes du tsunami de 2004, je te remercie de ne pas supprimer mon commentaire.
Mais tu fais comme tu veux Lolo.
T'as pris l'air sur les hauteurs ce samedi matin ? Parfait. De quoi se plaindre ?

Anonyme a dit…

Complétement OK avec le commentaire précédent. Les popaa sont les premiers à avoir la trouille et les premiers à tout critiquer.
Les tahitiens ne sont pas comme cela.
Les riches popaa ont voulu s'accaparer le littoral pour y construire les pieds dans l'eau, mais en fait ils ont la frousse de la flotte ! Mais pour les cyclones, no probleme, leur toit n'est pas en tôles ! Pauvres d'eux !le tsunami tue mais hélas pas le ridicule.
Une tahitienne, une vraie de vrai.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Bon alors t'es gentil de venir faire la morale sous couvert d'anonymat déjà...
J'aurais eu beaucoup plus de respect si tu disais qui tu es déjà...
Rendre hommage à 220.000 morts avec ton commentaire, c'est touchant...
Ce n'est pas pour ces victimes que je mets ton commentaire, c'est parce que ton avis est respectable malgré la lâcheté de l'anonymat et que je déteste la censure.
Mettre dans la balance le respect de la mémoire de 220.000 disparus d'un côté avec la publication de quelques lignes anonymes de l'autre me parait en revanche totalement indécent...
Evidemment qu'il faut se réjouir que la Polynésie n'ait eu aucune victime.
Je rends hommage au dispositif de RFO, je conclue par une dernière phrase qui t'a sans doute échappé : mieux vaut prévenir que guérir !...
Et puis c'est un récit subjectif d'un réveil particulier c'est tout.
Même Magali Charbonnaud au JT d RFO ce soir, qui fait un boulot monstrueux avec ses collaborateurs de la cellule de crise du haussariat depuis Oli, reconnaissait quelques couacs dans le déclenchement des sirènes, bon ben la prochaine fois ce sera corrigé et amélioré...
Les incertitudes pour savoir si le danger est passé une fois que l'heure annoncée est atteinte, est une réalité.
Non, franchement, il n'y a aucune accusation particulière dans mes lignes, je n'y change rien et j'assume.
Que VINI déconne, ce n'est pas nouveau.
Alors venir jouer l'effarouché scandalisé moralisateur anonyme pour un simple billet d'humeur, qui est le dixième de ce qu'on pouvait lire sur Facebook, je trouve ça également totalement déconnecté de la réalité des faits de ce matin.
Rien par contre, pas une pensée, pas un mot dans ton commentaire pour les 250 morts (bilan provisoire) dans le séisme au Chili ?
Tu as l'hommage sélectif peut-être ?

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Ah ben les alertes tsunamis ça fait sortir les anonymes de leur trou...
Là haut, pendant l'alerte on discutait avec des tahitiens, des chinois, des demis, et on est tous égaux et fraternels pendant une alerte.
Mais tu peux imaginer si ça te fait plaisir que les popa'as avaient amené leur table de camping, leur Ricard et leurs chips...
Les chinois leurs bols de riz, et les tahitiens leur fafaru et leur café pain beurre !!!
Pourquoi ramener ça à des considérations ethniques et des clichés réducteurs ?
Rien de pire que le racisme anonyme, bravo !!!
Et donc le littoral de la côte est est peuplé de maisons appartenant à des riches popa'a ?
Amusant... je la note celle-là !

Anonyme a dit…

Ia orana Lolo,

Rien à voir, mais y'a juste un truc que je n'ai pas compris ce matin ... pourquoi à 8h15, RFO a arrêté de diffuser le direct radio (à la TV) avec les images prises depuis leurs locaux à Pamatai pour ... diffuser l'inévitable émission : "pensée protestante" !! donc à 8H15 tout danger était écarté par ...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Aaaaahhhhh merci ! un peu d'humour anonyme pour finir la journée...

Bisous Anonyme, bon dimanche !

Pehu Oe a dit…

Mais, Lolo, de l'humour, tu en avais avec ces anonymes :

C'est avec des articles comme le tien qu'un jour tout le monde sera fiu et que ca morflera sévère
...
"les riches popa'a ont voulu ..."

Arf ! Mort de rire !

Les conneries des uns sont toujours de la faute des autres.

Si c'était une "vraie de vrai" elle n'aurait pas dit comme ça ... si tant est que ce soit réellement une fille, en plus.

Le popa'a ?
En général c'est plutôt un con plus ou moins beau parleur et timoré qui se retrouve ici à occuper la place qu'il laisse aux arabes en France. Il y en a de riches ici autant que d'arabes riches en france ...

Le "tahitien" ?
C'est quoi, ça, un tahitien ?
Un popa'a ? un maohi ? un tinito ?
Non, c'est majoritairement un demi !

Un demi, ceux qui changent de culture d'appartenance en fonction de leur interlocuteur pour mieux les utiliser à des fins strictement pitoistes.

Un demi, ceux qui, au gré des circonstances et de leurs humeurs, laissent crever les maohis dans leurs fa'apu, les tinitos dans des magasins qui ne sont pas nécessairement à eux et les popa'as dans leur rôle de petites mains à griffonner n'importe quoi sur les papiers réglementaires dont les profits iront aux demis.

Les demis, ceux qui font et défont les commerces, les lois et, surtout, les maffias et les politiques.

Idée toute faite à très fort relent de racisme tout ça, c'est vrai, mais avec pas mal de faits pour pouvoir s'étayer comme ça.

Bien sûr que le nuna'a, la majorité des tahitiens, la vraie, la pluriethnique, n'est pas comme ça, elle est franche, pleine de gentillesse, de susceptibilité et de mauvaise foi standards.

Bien sûr qu'il y a des popa'a aussi pourris et racistes que les demis que je dénonce ici.

Bien sûr que c'est pareil avec toutes les autres ethnies.

L'incompétence, la mauvaise foi puérile, l'auto-satisfaction facile, le révisionnisme nauséabond, la superficialité navrante, etc, ne sont déterminés ni génétiquement, ni culturellement.

Mais quand je vois arriver des conneries aussi racistes et/ou débiles que celles des anes-honnis-meuh ci-dessus, je sors mon crétin de service moi aussi,

au nom de l'égalité dans la connerie !

Na !

Ji-P a dit…

Lol, j'adore tes "réac" lorsque des mouches anonymes te piquent. Je me marre, je "me rigole" tout seul en sirotant ma petite "Hinano". Ces anonymes devraient pourtant savoir que tes comm's ou réflexes, comme ceux de tout un chacun(les miens par exemple), ne réflètent pas forcément une vérité cartésiennne. CQF Dire....

Phil a dit…

Bien sûr que c'est bien de prévenir. Les responsables ont fait leur boulot, y a rien à dire.
Mais quand ils déclenchent deux fois de suite l'alerte au tsunami pour rien, on peut quand même se poser des questions. C'est permis, non? Des questions du genre :
- est-ce que ces gens sont vraiment aussi performants qu'ils aiment à le dire?
Peut-être que oui, peut-être que non...
C'est vrai quoi, le spécialiste des tsunami nous a expliqué hier au JT de RFO que les tsunamis, ils savent les prévoir et les mesurer grâce à un réseau de balises dans tout le Pacifique qui mesurent la longueur d'onde, l'amplitude, la vitesse de propagation... Blablabla... Il a même osé dire qu'ils ont attendu d'être vraiment sûr parce qu'une alerte prématurée aurait pu être contre-productive! Faut arrêter! Ils nous prennent vraiment pour des cons!
Et l'autre Nana Mouskouri de s'auto congratuler du « bilan aussi positif de ce tsunami »!
Hellooo! y a PAS eu de tsunami!

Jamie, dis-nous, c'est quoi un tsunami?
Hé bien, un tsunami c'est un raz de marée, une vague énorme et dévastatrice.
Merci Jamie, on avait presque oublié!

Phil
très remonté

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

PEHU OE : Yeah, du grand Pehu Oe des grands jours, et toc ! Bon dimanche...

JI-P : Ben oui on est en pleine subjectivité c'est sûr. J'accepte toutes les critiques, je sais que je foire des raisonnements parfois (récemment avec Bouissou...), je ne censure jamais (une fois sur 300 commentaires peut-être quand il y a de l'agressivité ou de la diffamation), mais la connerie me mettra toujours en colère... Bon dimanche !

PHIL : Merci Phil, et puis tu as raison, si l'on prend la définition du mot "tsunami", y'a pas eu de tsunami. En effet, c'est pas sorcier !!!! bonne journée à toi aussi...

Anonyme a dit…

C'est vrai que donner l'alerte, c'est bien. De toute façon, c'est le rôle des autorités...

Mais il suffisait de s'informer sur le web (dès 5h)pour voir qu'une vague de 2m30 a touché les côtes chilienne... Donc si on réfléchit un tout ptit peu, qu'on compare à la hauteur des vagues pendant le cyclone..
Et puis, si on a encore un doute, on attend les résultats des vagues aux Gambiers.... quasi rien.

Donc de là à faire durer l'alerte des heures et à paniquer le peuple via les médias... pour rien...
Ils vont pas me faire croire que les spécialistes du labo géophysique ne savaient pas l'amplitude des vagues....

Kip a dit…

Pas tout à fait d'accord avec toi, Lolo. La géophysique et tout ce qui en découle n'est malheureusement pas une science exacte et je trouve normal que beaucoup de précautions soient prises.
Même si, au final, c'est pour rien...

Quant à l'Anonyme, et même Pehu Oe, tous ces "raisonnements ethniques"... c'est d'une stupidité...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Mais si KIP, on est d'accord sur le fait que mieux vaut prévenir que guérir. Le géophysicien hier sur RFO disait qu'on avait en moyenne 8 heures pour se préparer en cas d'alerte, donc on pourrait juste nous dire si on va avoir une vaguelette de 40 cm invisible ou des déferlantes de 6 mètres... Peut-être faudrait-il une échelle de graduation (comme celle de Richter pour les séismes) pour affiner les degrés d'alerte...
De même si j'avais su qu'on avait plus de 3 heures devant nous au moment de l'alerte, j'aurais pris au moins à boire.
Entre temps le bilan au Chili dépasse les 500 morts...

Pehu Oe a dit…

Kip, ai-je dit autre chose ?

tev a dit…

oui, bientot 1000 morts au Chili, c'est quoi ces trucs de racisme, popaa etc....si y a soit disant des popaa qui habitent au bord de la mer c'est qu'il y a des cons de tahitiens qu'ils leur ont vendu leur terre pour s'acheter des 4x4 pour ensuite aller des la première alerte de tsunami ou de cyclone ou de barrage supposé se jeter dans les stations d'essences ou les étals de supermarché pour faire des stocks, c'est plus eux les trouillards. Quand aux alertes elles sont utiles, c'est à nous de savoir réagir intelligement et de mesurer les risques. Cela dit je connais tres peu de popaa qui habite au bord de la mer en polynésie, les seuls ce sont les rares touristes qui séjournent quelques jours dans nos beaux hotels. bon dimanche pluvieux et attention aux inondations les trouillards.

Claudine a dit…

Je débarque sur cet article après coup et je pense que tout ce bla- bla pour rien dire du tout en fait.
Y a pas eu de tsunami, alors n'en parlons plus ! C'est vrai que la ruée sur les pompes d'essence c'était du n'importe quoi.
Rares sont ceux qui ont pensé au Chili et aux 50 morts en métropole avec cette tempête meurtrière.
Faites de belles réserves d'essence et d'Hinano pour le prochain, le vrai !
Nana.

Anonyme a dit…

salut Lolo

"Une tahitienne, une vraie de vrai"

Voilà encore une autre signature d'un (ou d'une) respectable anonyme, qui peut balancer son fiel sous couvert d'anonymat.

Pour revenir au sujet du tsunami, il est clair que l'amplitude des vagues aux impacts sur les îles et les "run up" ne peuvent être estimés qu'avec beaucoup d'incertitude, en fonction de la puissance et de l'orientation du séisme générateur, de la houle, de la distance, de la topographie des fonds aux abords des îles, de la marée haute ou basse, etc...

Donc il faut mieux prévenir et mieux vaut rire de sa peur, que de pleurer sur son malheur.

Gerald

tisalu a dit…

Salut Lolo! je suis tout à fait en phase avec ce que tu viens d'écrire! On est resté coincé dans la voiture pendant 4 heures sur ordre d'un gendarme qui nous a dit "interdiction d'aller plus loin, interdiction de retourner, circulation interdite " et au bout de 4 heures on sort la tête, qu'est ce qu'on voit? ça circulait depuis un moment de l'autre côté! sans demander notre reste on est parti immédiatement rejoindre papy handicapé qui était tout seul chez lui et nous attendait et tu sais quoi? Le gendarme nous a totalement ignoré, il parlait avec ces collègues du style "m'en fous pouvez y aller!" c'est vraiment se ficher de la tête des gens!

Anonyme a dit…

Juste se dire que nous avons une nouvelle fois eu de la chance.
Les chiliens, haitiens ont payé un lourd tribu. En Europe, malgré les alertes météos, ils ont aussi morflé.
En transposant les images chez nous je me suis dit qu'avec notre "insouciance" d'îliens, on pourrait un jour payer cela très cher !
Je préfère des alertes "pour rien" qu'une vague qui nous plonge dans une détresse avec des "si on avait su..."
C'est comme la ceinture de sécurité ou le casque, ça emmerde jusqu'au jour où...

Pour les remarques ethniques, riches-pauvres évoquées, il faut juste retenir qu'une catastrophe ne prend pas en compte ce genre de considération!

Bravo à RFO pour son boulot : finalement je n'écoute cette radio que pour ça !

C'est vrai que la sirène de fin d'alerte prétait à confusion et dans le doute, on attendu RFO !

Pour le vini, pas eu de problèmes majeurs sur Papeete et j'ai pu smser ou appeler !

Pour conclure, j'ai regardé CNN en boucle avec webcams sur Waikiki et Hilo histoire d'être aux premières loges et d'avoir 2010 en vrai de vrai au lieu de 2012...(une cata en directe, ça vaut un PSG OM !)
Consignes respectées par les ricains comme chez nous avec les plages de Waikiki vides et des voitures sur les hauteurs. Cela s'est passé vers 11h00 du mat' soit 4H après nous et ils ont les moyens pour "vérifier" si il y avait danger réel ou non...(doit y avoir un Lolo US qui a son blog qui fume en ce moment !)
Ce qui m'a fait "plaisir", c'est un inconscient qui va se baigner en "live" à Waikiki ou des mecs qui se "baladent" et qui voulaient surement "immortaliser" la vague devant des millions de spectateurs...
Trop loin pour savoir s'ils étaient blancs, verts ou rouges mais cela confirme que la connerie est universelle.

Ah oui j'oubliais, il ne s'agit pas d'une critique mais juste mon point de vue subjectif à moi!

Nohu18

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Merci NOHU18 pour ton témoignage, qui complète bien le mien et heureux de te voir écrire que la connerie est universelle, y'a que les anonymes racistes qui pensent autrement...

Kip a dit…

Désolé, Pehu Oe, je n'avais pas lu ton post jusqu'au bout : autant de conneries débitées en qques lignes m'avaient fatigué.
Mais la chute expliquait le tout.

Peut-être, à l'avenir, devrais-tu faire des posts moins longs...? ;-)

Pehu Oe a dit…

Pas grave, Kip, pas grave.

Difficile parfois de faire court, la case à cocher "verbose" est verrouillée sur "on" dans mon neurone et mon débit est fonction de ma colère souvent.

Et puis j'aime bien le style in cauda venenum, il porte bien surtout quand c'est bien connement réfléchi juste avant.

;)

Michel a dit…

il faut rester honnête avec le HC. Je suis l' un des premiers à avoir vu l' info sur le séisme en Breaking News sur un site au Danemark. Il était un peu plus de 20 h 30.

Tout de suite; je suis allé sur le site du Warning Center for Tsunami de Hawaii qui indiquait la mise en alerte sur tout le littoral sud américain du Chili à l' Equateur...mais RIEN pour notre région.

Le HC a dû avoir les mêmes infos et s' il n' y a pas eu d' alerte immédiatement à Tahiti, ce n' était pas non plus synonyme de laxisme.

J' ai appellé ma famille de Nukuhiva vers 1 h 30 : l' alerte avait déjà été donnée et les habitants évacuaient déjà le littoral pour un risque de tsunqmi évalué à 4 h du matin.

Ensuite j' ai prévenu la famille de ma fille qui vit sur l 'embouchure des deux rivièeres de Papenoo : les agents de la commune étaient déjà dans les quartiers !

Au 444 210, on a confirmé l' alerte rouge et un risque de tsunami pour ls environs de 8 h à Tahiti.

Donc soyons corrects , le HC a fait son boulot selon ses règles.