samedi 27 mars 2010

Exercice touristico-mathématique pour votre week-end !!!

.

A propos des nouveaux objectifs fixés par les têtes pensantes et décideuses du tourisme local, merci à Thierry d'avoir lancé cette énigme sur Facebook sur laquelle vous avez le week-end pour cogiter, et même je vous laisse jusqu'à mon retour de vacances.
En effet, comme dit Bill Ravel dans l'émission A TU DIRE ce week-end sur RFO : "dans ce pays, plus on dit des conneries énormes, plus y'a de gens pour y croire"...
Allez.... papier... crayon.... calculette !

Admettons qu'on atteigne les 500.000 touristes / an... on y croit, on y croit, on y croit !!!
Durée moyenne de séjour d'un séjour : 13,7 jours, soit 500.000 x 13,7 = 6.850.000 nuitées...
Actuellement en Polynésie, d'après l'ISPF, il y a environ 8.000 chambres, toutes catégories confondues...
Donc capacité actuelle de l'hôtellerie polynésienne sur un an : 8.000 x 365 jours = 2.920.000 nuitées...

...Question : combien d'hôtels faut-il construire pour accueillir ces 500.000 touristes sur un an (avec un taux de remplissage de 100% pour simplifier) ?
.
.

Sphere: Related Content

16 commentaires:

Albert2 a dit…

Pas besoin de construire de nouveaux hôtels, on met des lits 4 places (voire 6 ou 8 dans les suites) et on laisse les couples se former au coucher du soleil...
En devenant le plus grand lupanar du monde, c'est sûr que Tahiti va rameuter du touriste...
et moi, j'ouvre une usine de fabrication de préservatifs en poils de noix de coco !

Phil a dit…

et quel est l'âge du directeur d'hôtel?...
le problème ne peut être résélu car on ne sait ni combien de touristes en moyenne par chambre, ni combien de chambres en moyenne par hotel...

islandman a dit…

Je suis d'accord avec Phil, il manque des données pour résoudre le problème. Mais au-delà de cette curiosité mathématique, on voit très bien que le touriste n'est pas un bien de consommation que l'on importe comme on veut. Cela me fait repenser à Jean de Florette faisant fortune sur le papier avec son élevage de lapins. On connait la suite de l'histoire. Tout comme la multiplication des hôtels ne fera pas augmenter la fréquentation touristique. Le touriste ne viendra en Polynésie que s'il a envie de venir. Et pour cela il faut lui faire envie de venir et revenir. Avec des prix attractifs et un service à la hauteur, car dans ce domaine la concurrence est dure. Des activités diversifiées afin qu'il ne s'ennuie pas. Des commerces, des restaurants qui aient des plages horaires d'ouverture très larges, car un touriste ça consomme et pas seulement entre 8h et 16h. Un environnement protégé car Tahiti est le dernier paradis sur terre. La liste n'est pas exhaustive. Mais quand ces conditions minimales seront remplies, il sera encore temps de calculer le nombre d'hôtels à construire.

tev a dit…

Oui c'est ça Lolo, faut qu'il retourne en classe et en élève pas en prof... Il faut contenter les 100 000 qui viennent déja et qu'ils soient heureux en repartant, c'est ça la meilleure pub, arrétez de réver avec 500 000 ou 1 million , y a pas de sièges d'avion déjà. Y a pas assez de fruits dans les hotels pour faire des jus frais etc...

Pehu Oe a dit…

Donc, en gros, doubler les capacités actuelles mais, comme le dit Phil, il manque un paramètre pour être plus précis et, comme le dit Albert2, on peut aussi élargir à la fois les capacités unitaires existantes et l'arrière-train de la population actuelle comme en devenir (surtout - dans notre pays si catholique - si on organise des séminaires garnis pour curés).

D'ailleurs et à ce propos, il y a un certain nombre d'hôtels spécialisés de la sorte qui sont pratiquement toujours vides : Les hôtels ... de ville pour lesquels pourtant il est indéniable que, à la fois, l'engouement local est un gros marché et un savoir-faire en entubage pour le moins ... remarquable. L'investissement BTP peut donc être minimal pour atteindre cet "objectif".

Je pense en particulier à un superbe à la fois en situation géographique (pour minimiser les coûts de transfert depuis les quais), en carrefour de médiatisation internationale et en savoir-faire spécialisé : place Tarahoi.

On a donc là une bonne idée de la réponse à ta question malgré les incertitudes de ton énoncé.

En plus et en toute logique, ça devrait re-dynamiser notre industrie du monoï et du tamanu.

Captcha = outch. Ça ne s'invente pas !

Poerani a dit…

Albert 2 a tout compris....Romance (?) paix, environnement.
Chapeau bas... ;-))

Poe la vilaine

Anonyme a dit…

Y a aussi la solution:
troupe de danse polynésienne avec toutes les danseuses et danseurs à poil comme avant l'arrivée des blancs, paka en joint ou en pipette offert à tous les spectacles et lors de toute réservation de bungalows, masseuses locales, putes locales, casinos et la je vous dis pas foule assurée....C'est comme ça à Ibiza, Amsterdam, Brésil, Las VEGAS, Moscou....

Anonyme a dit…

et l'euro donc le franc cfp [ils sont lies] ne serait il pas responsable de la non venue des touristes.est ce quelqu'un a essayer de tracer les 2 courbes,euro/dollard et frequantation touristique?

brad a dit…

Yo anonyme
"troupe de danse polynésienne avec toutes les danseuses et danseurs à poil comme avant l'arrivée des blancs, paka en joint ou en pipette offert à tous les spectacles et lors de toute réservation de bungalows, masseuses locales, putes locales, casinos",fellation et Falletta et Prospère youplaboum...

Anonyme a dit…

Effectivement que la monnaie a aussi sa part de responsabilité, mais on est trop intelligent encore , il faudra attendre et demander aux syndicats et aux nullards de politicards si ils sont d'accord pour instaurer l'euro. La pipe c'est 50 euros

Anonyme a dit…

pourquoi construire des hôtels il y en a déjà de très beaux : imaginez la présidence transformée en hôtel de luxe avec gaston iti en portier, tous les représentants de l'apf en bagagiste ...le rêve. Le Cesc en centre commerciale etc enfin tous ces batiments serviraient à quelque chose !

Anonyme a dit…

Euh, tu as oublié d'intégrer le nombre de personnes par chambre. Donc, ce n'est pas le nombre 500 000 à prendre en compte mais 250 000 couples ou moins (voire 220 000) si il y a un enfant.

250 000 * 13.7 = 3 425 000
220 000 * 13.7 = 3 014 000

Et en plus, on ne risquera jamais d'atteindre 100% en basse saison.

Donc, le parc de chambres est vraiment sous dimensionné pour accueillir 500 000 touristes.

On peut plutôt acceuillir au maximum si on compte que des couples par chambre :
8000 * 365 / 13.7 * 2 = 426 276 personnes

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

oui c'est tout à fait exact pour les couples...

Marco a dit…

Sujet très intéressant.
Bon et ben restons logiques 2 minutes.
Les 300000 touristes on en parle depuis 30 ans et nous n'avons jamais atteint ce seuil, malgré la belle époque que la Polynésie a traversé. Constat? on ameute pas plus de gens aujourd'hui.
La monnaie actuelle basée sur l'euro, fait de Tahiti une destination chère comparaison faite de Fidji et des autres pays insulaires qui fonctionnent sur le dollard NZ ou Australien, même US et la crise pétrolière qui fait monter le prix des billets d'avion, etc... Tahiti éloigné de plus de 6000km du 1er continent, ça ne nous donne aucun avantage.

Le différentiel est énorme quoi que l'on en dise. Les divers intervenants ont raison sur un point c'est que la seule action à mener c'est de jouer la différence sur la qualité de service et l'offre de services, et là désolé de dire nous sommes mauvais, très mauvais, comparaison faite avec d'autres pays des caraïbes ou US comme hawaii, etc...
Autre énorme problématique ce sont les loisirs ou activités proposés à nos pauvres touristes qui se font agréablement chier ici. Pas de Casino, pas de bar à putes, pas de Mall center dignes de ce nom, pas de spot de nudistes, pas de base de pêche avec bateaux et équipages à louer , même pas d'aquarium, pas de parc d'attractions, même les centaines de MARAEs, magnifiques, disséminés et cachés dans les montagnessuperbes ne sont pas mis en valeur sans aucun aménagements, rien de rien. Rajoutez à cela tous les magasins de Papeete fermés Samedi à 12h00 rideaux métalliques abaissés , ville morte à en pleurer, pas de shopping jusqu'à 00h00, eh oui le problème est là. Notre destination restera chère comme indiqué par Ch.VERNAUDON, nous devons nous démarquer sur les services et les loisirs. Les Américains 2 semaines de vacances par an et c'est à peu près la moyenne en Europe, les japonais eux sont à 1semaine/an. Les touristes qui viennent ont de l'argent et ils veulent dépenser à condition qu'ils en aient pour leur argent.
Concernant le jardin D'Eden oui le ministre à raison , bonne idée dans le fond, mais alors quel travail titanesque de rendre notre pays propre, pas de tri dans toutes les communes aucune amende pour manque de civisme, pas de Police verte sévère, pas assez d'équipements adaptés, pas d'industrie de recyclage, pas de taxation sur les pollueurs, pas assez de subventions ou d'allègement fiscal pour développer le "vert",pas de société de nettoyage urbain comme en Europe (ville sous carsher et balayeuses tous les soirs) alors finalement restons sales avec une ville qui pue la pisse, un aéroport à ré aménager, des rivières servant de dépotoirs, des lagons pollués et de l'eau potable et buvable que sur 2 communes comme Papeete et Bora. Le CHANTIER est ÉNORME, cela doit et va toucher plusieurs générations, et ce sera difficile. Une population passive, des élus pourris, que faire! si ce n'est, se faire chier tous les jours.
Pour finir sur une note encore plus noire, nous avons atteint un niveau de corruption locale sans limite dans lequel le monde Politique et des affaires s'accordent, en partageant le gâteau (finances publiques) au mépris d'une population crédule et ignorante, faible. Comme toujours....la caravane passe et les chiens aboient......

tev a dit…

Anecdote; un ami est arrivé hier soir à l'aéroport international de Tahiti Faaa. Direction les taxis, on lui dit d'aller vers la gauche, puis un autre taximen lui dit d'aller vers la queue de la file, puis on lui redit de retourner vers la tete de taxi. Déja ça commence à le fatiguer après 12 h de vol. Il entend une conversation en tahitien qui demande le tarif pour pamatai (2500), à son tour il demande combien pour pamatai, on lui dit 3500 (eh oui il est popaa), la il proteste et dit qu'il vient d'entendre 2500 avec la tahitienne. Va pour 2500, arrivé chez lui il donne le seul billet qu'il avait 5000. Devinez quoi, le taximen dit j'ai pas de monnaie. Eh ben Hamblin, Janicaud et consor; mettez vous au boulot rapidement pour la destination jardin d'eden & co.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

j'ai pris le taxi une seule fois à Tahiti en 20 ans et il m'est arrivé la même chose : le taximan ne prenait pas les chèques, donc on a été à un distributeur, puis avec mes 5.000 fcp il n'avait pas de monnaie, donc on est allés dans une station service faire la monnaie. C'est typique local apparemment...