jeudi 21 janvier 2010

"Ni oui, ni non, Nicole" - par Le Parodieur Masqué

.

Le terrible Parodieur Masqué qui compte désormais plus de 1.000 fans sur Facebook, s'en prend aujourd'hui à l'hésitation en politique... Oui... ? Non... ? avec une des phrases cultes de Sarko à l'intérieur...


.
.

Sphere: Related Content

7 commentaires:

Charlie a dit…

Promis Lolo, on le passe en intro de chacune de nos réunions et de chacun de nos meetings maintenant ! :-)

Phil a dit…

Au débat hier soir d'A parau mai (animé par Hélène Harté), ils ont dit que les tarifs élévés de l'OPT c'est à cause de "la pétasse"!?!... Lolo, t'as surement enregistré ça, non? C'est collector! Allez, mets-nous le clip!!

Poerani a dit…

ni cole.... ni vice...

La politique par l'exemple, j'y crois assez, j'observe en ce moment le travail qui se fait et puis...le jour où il faudra choisir, les belles paroles des uns et des autres iront à la poubelle de l'isoloir.

Fred O Fenua a dit…

Je le trouve en légère baisse de régime sur ce coup non ?
A+ LoLo

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

ah oui le coup de la pétasse excellent... mais je n'ai pas enregistré, petit problème de matos qui devrait être résolu prochainement et alors là ça va être le grand retour des vidéos sur THT CHANNEL....

Heikuranui a dit…

mince, j'ai regardé le débat RFO en pointillé (zapping avec Tempo), du coup j'ai raté l'histoire de "pétasse".
Cela dit, c'était bien, Hélène Harte titille pas mal les interlocuteurs (comme les invités du JT); par contre, c'est dommage, parfois les intervenants n'arrivaient pas au bout de leur argumentaire et étaient interrompus "pour faire avancer le débat".
Bon bon, c'est pas tout, j'ai du "boulot"
Bonne journée

Kip a dit…

Pour moi, les journalistes n'ont pas été à la hauteur.
Elle : n'articule pas quand elle parle (vite) alors elle est difficile à comprendre, traite son voisin comme un subalterne et coupe la parole aux invités.
Lui : à côté de la plaque, transparent, seulement capable de tenter de relancer le débat sur... la politique.
Bref, mauvais.

Quant aux invités, il est dommage de constater que seul Barral a le "parler vrai" avec des exemples concrets qui veulent bien dire ce qu'ils veulent dire. Tous les autres (petit bémol pour le gars de l'association et pour l'économiste) : c'était du bla bla...