samedi 25 avril 2009

Fritch passe l'oral

.

(Tahitipresse) - Après s'être abstenu de communiquer pendant quelques jours afin d'analyser les déclarations des uns et des autres, Édouard Fritch a tenu à faire un point sur l'actualité du Tahoeraa huiraatira. La conclusion qui s'est imposée selon le président du groupe à l'assemblée est que le parti doit se moderniser. Il demande donc à son leader historique, Gaston Flosse, de passer le flambeau à une nouvelle équipe de direction.


On aura eu notre dose d'oranges cette semaine, fichtre... avec Rohfristch, Fritch et les autres...
Pas de quartier dans la famille orange, on sentait qu'il y avait des pépins qui restaient en travers de la gorge de certains et c'était pas de la pulpe fiction. Ambiance sanguine parmi les plus fidèles qui convoquaient la Presse agrume pour faire couler dans les médias le jus concentré de leur amertume. Un parti en pleine déconfiture et son patriarche sénateur qui encaisse en silence toute cette marmelade sans esquisser le moindre zeste...
O...range... ô désespoir... !


Des gros bisous à ma traductrice personnelle...
.
.

Sphere: Related Content

8 commentaires:

Gaspard Alizant a dit…

je crois qu'on peut comparer les gens qui ont l'immense courage de quitter le TH aujourd'hui à ceux qui ont rejoint la résistance française fin 1944!
Et suivant ce raisonnement, on peut penser que leur courage politique est directement lié à la date à laquelle ils ont dit non à Flosse.
Et les femmes sont à priori les plus couillues... à commencer par Nicole Bouteau, puis Béatrice Vernaudon.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> GASPARD >> Wouah la comparaison Gaspard, tu y vas fort ! Par contre c'est vrai que Nicole et Béa ont au moins le mérite d'avoir amorcé la fuite...

Pehu Oe a dit…

Ô-range, Ô désespoir, ô vieillesse ennemie. N'ai-je donc point tant vécu que pour cette infamie ?Vieillir est un naufrage, lent.

Un naufrage qui a commencé, ici, en 2003, à la préparation du "nouveau" statut d'autonomie, après trop d'abus, d'assujestions, de "raison d'état", de faits du prince, d'envie, de cupidité et de pito-isme.

Ça fait maintenant 5 ans que ça dure (déjà !), ça a l'air interminable mais un petit coup d'œil à Nouméa fait vite comprendre la lenteur du phénomène, avec le compère Lafleur.
Ce n'est donc pas fini, même si tout est joué depuis le début.

En Polynésie, le changement de siècle prend environ 20 ans pour se faire, c'est à dire pas loin du quart de siècle.

C'est le prix à payer pour le pays de la complète absence de probité et d'honneur de ceux qui le gouvernent : La décadence dure presque autant que la période dite "de splendeur".

Gaston est mort. Il ne peut que le savoir maintenant mais il pense sans doute encore être plus puissant que dieu et croit pouvoir se permettre de considérer ses semblables comme des jouets, des robots, des choses à lui.

Pathétique, et tellement nuisible.

Anonyme a dit…

ils s'en vont mais c'est toujours les mêmes, ils n'ont pas changé
comme dans la chanson de Julio Iglesias:
Je n'ai pas changé,
je suis toujours le même enfoiré...

OQPHIé

Niko a dit…

Je trouve que tes proses ont ces derniers tempos gagné en poésie sans pour autant perdre de leur coté incisif... Entre cet article et la lettre de ségolène, tu fais une fois de plus preuve de tes compétences littéréaires!!!! Je me dis que tu devrais postuler pour écirer les discours de pérésidon quand il passe à Toata en prime!!!!!

Anonyme a dit…

Au fait il passe que l'oral, pas le rectal?

OQPHIé

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> PEHU OE >> Triste tableau mais tellement vrai...

>> OQPHIé >> Ouep, y'a un côté myconia dans la classe politique locale...

>> NIKO >> Merci !!! Si j'écris les discours de Oscar, on va se marrer... Mais il est balaise en stand up et en impro. Il faut qu'il case les expressions "dans ce pays", "pour ce pays" etc... dans une phrase sur trois... on peut s'amuser à compter !

>> OQPHIé >> Bien joué, elle va rester dans les anales celle-là...

Anonyme a dit…

Maruuru pour le mess...