lundi 16 novembre 2009

Etrange conférence au salon du livre de Papara...

.

Je n'étais pas sur place donc aucune critique et encore moins d'accusation de ma part... au contraire c'est même plutôt sympa de délocaliser le salon du livre dans les districts. Il y a juste une chose extrêmement curieuse : une conférence-débat était organisée sur le thème "la légitimité polynésienne de l'auteur non polynésien"....
Je pose la question : qu'en est-il ressorti ?
Si quelqu'un qui a assisté au débat, ou l'organisateur, pouvait nous éclairer...
Parce que le titre est un peu chargé de sous-entendus...
Même si la réponse finale est que l'auteur non polynésien a une légitimité à écrire sur le sujet polynésien, on pourrait penser qu'il y a sous ce titre un sous-entendu inverse...
Et on n'a pas à chercher bien loin : les écrits d'Hemingway sur l'Afrique sont-ils illégitimes par exemple ?
Et imagine-t-on un débat au salon du livre de Paris sur le thème "légitimité parisienne de l'auteur non parisien" ?
Cela mérite, a minima, quelques explications... merci d'avance à celles et ceux qui pourraient en donner !
.
.

Sphere: Related Content

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci Lolo d'attirer l'attention sur cette "étrangeté".
Non, je n'y étais pas. Nul besoin d'y etre pour etre choqué par le libellé.
Est ce une nouvelle forme de racisme?
Est ce le prélude à l'ouverture d'Une Maison de la Censure ?
Légitimité: qualité de ce qui est fondé en Droit, en Justice, en équité. (dixit Le petit Larousse-illustré en plus!)
A qui faudra-t-il demander la permission d'écrire?
Y a t-il un seul artiste dans le monde qui s'est soucié de solliciter une permission?

Ou alors je me trompe sur toute la ligne et je demande , comme Lolo, "éclairez notre lanterne de grace...." CM

Anonyme a dit…

demandons donc à Marie Ndiaye, qui vient de recevoir le prix Goncourt si elle est légitime elle aussi !
Les Polynésiens sont les champions du monde de ce genre de revendications pseudo-identitaires qui rappellent des temps où l'on brûlait les livres de certains auteurs "non légitimes".
Cela laisse imaginer le jour où ce pays sera définitivement indépendant...on rasera gratis pour sûr...

Mounjou

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

J'ai reçu cette réponse tout à fait sympathique et satisfaisante de Mr Christian ROBERT, éditeur "au vent des îles" :

Bonjour

Ce Salon a été organisé, avec la commune de Papara, par l'Association des éditeurs de Tahiti et des iles. J'écris en son nom.

Merci de faire écho à notre travail.

Malheureusement, ce "débat" n'a pas eu lieu à Papara. Taote Marc Cizeron, que vous connaissez surement, médecin dans le secteur social qui travaille à la presqu'ile depuis plus de vingt ans, et auteur de "Taote social", "Tonton Grand-frère", "Toto'a",... qui nous a proposé ce thème n'était pas présent, les dates du salon ayant été modifiées.
Par contre lors du salon de Taravao, les 2 et 3 octobre derniers, nous avons pu aborder la même thématique.
Il serait lapidaire de s'arrêter au libellé provocateur.
Ci après les quelques lignes de préambule :

"Deux thèses pourraient occuper les extrémités du champ du débat.
La première qui consiste à penser que seul un autochtone est qualifié, légitime, pour écrire sur lui même et sur son pays.
La seconde qui pose pour principe que la liberté de création d'un auteur, fut il étranger, rend légitime son écriture, dût-elle porter sur son pays d'accueil...

L'espace des salons du livre est dédié à ce genre de discussion. N'y cherchez pas de sous entendu malfaisant !
Personne, surtout pas nous, ne détient la vérité !
Les visiteurs du salon de Taravao, ce samedi 3 octobre, ont parlé dans une ambiance dépassionnée, essayé d'apporter leur point de vue, sans censure, ni arrière pensée !!
C'est une problématique qui interpelle l'écrivain qu'est Marc, et nous l'avons commenté, voila tout !

Par ailleurs, j'ai le plaisir de vous annoncer la tenue du 9e salon "Lire en Polynésie", qui se tiendra à la Maison de la culture du 26 du 29 novembre. Parmi les nombreuses conférences, je vous signale celle de Terri Janke (cf internet) sur la propriété intellectuelle, en particulier sur la protection des cultures traditionnelles dans le Pacifique, encore de quoi réfléchir, commenter, ou plus si affinités !


Christian Robert


Merci Christian...

usableblock a dit…

Désolé mais les quelques lignes de préambule me font froid dans le dos "...que seul un autochtone est qualifié, légitime, pour écrire sur lui même et sur son pays...".
Cela ne mérite pas le moindre débat, la liberté d'expression s'applique à tous et toutes (voir la déclaration des droits de l'homme et du citoyen). L'idée même d'un débat dont une des thèses est contraire à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et à la Convention Européenne des Droits de l’Homme non seulement ne me plait pas mais ne peut être le fait que d'un opportunisme médiatique "...Merci de faire écho à notre travail..."