vendredi 13 novembre 2009

L'enfer et le paradis à quelques pas de distance...

.

Petite fille du quartier "Kosovo" - photographie de Paskua

LILI OOP et PRINCE PASKUA sont d'extraordinaires artistes qui, entre autres activités, publient des chroniques ordinaires des petites gens de Polynésie dans LA DEPECHE. Elle signe les textes et lui multiplie les photos dans un noir et blanc contrasté riche en émotions. Ses images à lui avec ses mots à elle, cela donne toujours un résultat qui vous chope et ne vous lâche pas pendant un bon moment. Ils ne manquent pas de constater et dénoncer les inégalités et leur dernière chronique, intitulée "le prix de l'eau au Kosovo" fait déjà réagir un peu partout.
Serge Massau de RADIO1 en touchait d'ailleurs un mot hier dans son émission "à vous la parole" à José Thorel, le Procureur de la République qui confirmait que, sans connaître le dossier, cela lui semblait relever d'une compétence communale.
Certes nous ne découvrons pas la misère depuis quelques articles récents, nous savons qu'elle existe et qu'on la cache comme une honte, comme de la poussière planquée à la hâte sous un tapis en pensant que personne ne verra jamais rien...
Les politiques multiplient les beaux discours et les promesses mais les "favellas polynésiennes" sont toujours présentes au fond des vallées, ou aux abords des palaces pour touristes friqués.
Même si l'action politique n'est pas de notre ressort (quoiqu'en parler est un début d'acte politique...), ne devenons-nous pas en quelque sorte complices de nous taire comme les autres en feignant d'ignorer "ces gens-là" ?
Ici, au "Kosovo", sur l'ancien terrain du drive-in d'Outumaoro, il y a des réfugiés, comment les appeler autrement ?
L'article, qu'il faut absolument lire et faire circuler, nous apprend que ce quartier est devenu rien moins qu'une zone de non droit tenue par d'anciens membres du G.I.P. pourtant officiellement dissout, qui règnent en tyrans sur les lieux et qui ont décidé arbitrairement, puisqu'ils ont ce "pouvoir", d'accorder une heure d'eau par jour aux "réfugiés", parce que c'est eux qui décident !
Il faut voir les détails insoutenables dans l'article, c'est à peine croyable...
On ne sait pas bien si cet endroit relève de la commune de Faa'a ou Punaauia, et en cas de souci, les deux municipalités ne manquent apparemment jamais une occasion de se renvoyer la balle ou de botter en touche.
Les communes ont désormais l'obligation de délivrer de l'eau potable à leurs administrés... alors ?
C'est quoi ces passe-droits et le maintien de barbouzes revendiquant encore leur appartenance à une milice dissoute, et exploitant leurs semblables ?

Comme le montre l'image ci-dessus issue de Google Earth, ce quartier de misère est à quelques pas seulement de l'hôtel Intercontinental Resort and Spa.
Triste contraste d'un luxe ostentatoire où l'on prend des bains parfumés aux huiles essentielles et où l'on mange à l'une des meilleures tables de Tahiti, à deux pas d'un taudis immonde et d'autant plus indigne qu'il est sous la coupe de quelques patibulaires qui ont clairement menacés nos artistes avec cette phrase “Toi, t’arrêtes de prendre des photos ou tu vas te rappeler ce qu’on fait des merdes de journalistes ici…”, allusion cynique et inacceptable à l'affaire JPK.
La dernière fois que quelqu'un faisait une aussi immonde allusion c'était ici, ne l'oublions jamais...
Donc, nous ne sommes plus ici dans de la fracture sociale ici, c'est du séisme, du cataclysme social !!!!
Les communes vont sans doute réagir et auront à coeur de faire respecter le droit en faisant cesser ces abus avec des violences et une précarité d'un autre âge...
En tout cas, grâce à LILI et PASKUA qui ne sont pas du genre à lâcher l'affaire, (...et le modeste relais de cet article) les mairies de Faa'a ou Punaauia ne pourront plus dire qu'elles ne savaient pas !
Donc "action !" mesdames et messieurs les élus ! Un peu de courage et de dignité...
Les médias ne vont pas vous lâcher.

le spa de l'Intercontinental Tahiti
.
.

Sphere: Related Content

25 commentaires:

Albert2 : I have a dream a dit…

Il faut lire aussi le dernier commentaire de Haeremua qui renvoie l’équipe de journalistes dans ses 22 : "après tout, la Tatie qui témoigne vient des Vanuatu, elle n’avait qu’à y rester, c’est une île indépendante donc c’est forcément mieux qu’à Tahiti… et qu’est qu’elle fait pour se sortir de la misère… moi, je paye l’eau, c’est justice qu’elle la paye aussi !"
La Polynésie française était réputée pour son accueil , la gentillesse de ses autochtones, un avant-goût de paradis, qu’est-elle devenue aujourd’hui, un monde pourri par le pognon versé en masse avec le CEP… enfin versé en masse à quelques privilégiés qui suintent leur haine quand on ose s’attaquer à leurs privilèges.
Stop, arrêtez, retrouvons les vraies valeurs de la vie, cessons de courir après des chimères, posons nous et faisons un grand tamaara'a de toutes les couleurs avec du bleu, de l’orange, du rouge (et pas seulement du gros à 12°), du vert caca d’oie mais aussi du blanc, du noir, du demi (sans faux col), du polynésien qui parle pas français, du citizen of the world, de l’extraterrestre…
Putain, notre fenua est beau, n’en faisons pas un enfer !

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

bravo ALBERT PITI et l'idée du grand tamaara'a pour tous est à creuser...

Tisalu a dit…

Miss Oop & Paskua, c'est une combinaison de l'art photographique, de l'écriture et de du réalisme social; ils réussissent à démystifier mon pays en le rendant beau. Je les adore.

TOFY98 a dit…

Le grand tamaraa populaire a déjà été réalisé en 2003 sur la place TOATA ou toute la population était invitée par notre pérésident pour la venue de l'autre pérésident popaa.
En tout les cas, c'était comme ça qu'il nous l'avait vendu !!!
Désolé c'est pas drôle.
Les quartiers insalubres et miséreux ou chomâge et violence sont courants, sont nombreux à Faa'a mais on n'en parle pas car ça fait pei honte au beau discours du maire représentant le peuple.
Quand on voit tout cet argent dilapidée et le manque de logements sociaux, le paradis polynésien a perdu de sa superbe !!!!!

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

TISALU, d'accord avec toi à 200% mais il y a (au moins) deux lectures du travail de LILI et PASKUA : l'aspect artistique que tu décris fort bien, et aussi l'aspect social avec une extrême urgence pour que les autorités compétentes fassent cesser de tels scandales...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

TOFY : oui.... très social le repas à Toa'ta, ça fait partie de toutes ces choses que Flosse a fait pour la Polynésie !!!

Anonyme a dit…

Depuis la ceation du monde il y a trois divisions nous sommes un monde a trois dimension!!.

Sur le plan Humain la haute societe, la moyenne ,et la basse.

Nous retrouvons Aujourd'hui, des ecrits vieux de plus 2000 ans ou nous pouvons constater ceci, pour etre plus simple. Platon disait avant l'ere du Christ et cela ce passe dans une grotte ou une poigne d'individus etaient assis autour d'un feu et observaient la flamme vasciller sur les paroies de cette grotte,et ils disaient le monde est ainsi nous ne voyons rien?.
Nous sommes condamne en ce monde .!
Puis un parmis ceux reunis eu l'idee d'aller au fond de la grotte a taton sans lumiere il revient et dit aux autres venez avec moi nous allons voir ceux qui il a dans cet immense grotte. ILS REFUSERENT DE LE SUIVRE?.
Alors il parti seul et l'on ne le revit plus.!Les autres disent c'est fini il est PERDU?.

Le temps s'ecoula et il revint avec un savoir immense car il decouvrit un nouveau monde celui de la connaissance il dit a ses congeneres venez avec moi j'ai vu la lumiere !personnes ne l'ecouta ?

Aujourd'hui nous avons la PREUVE et cela saute aux yeux chaque seconde chaque jour vaut son pesant d'or,la connaissance celle la meme nous donne la vie facile.

Hors nous constatons que les gens dans la misere bien souvent ne font pas l'effort de s'elever ? Pourquoi parce-que c'est F I U!.

J'EN PARLE EN CONNAISSANCE DE CAUSE J'AI VECU DANS UNE FAMILLE POLYNESIENNE OU CHAQUE FOIS JE PERDE MON TEMPS A REPETER LES MEMEs CHOSES VOUS POUVEZ VOUS SORTIR DE LA CHAQUE FOIS IL ME REPETE A IA C'EST FIU,ARRETE,ET J'OBSERVE QU'IL ATTENDAENT QUE LA POLITIQUE LEUR DONNE CEUX QU'ILS DESIRAIENT SANS BOUGER!.

Il y a un passage biblique qui dit ceci. Le pauvre qui veut se sotir du neant aide le!.Celui qui refuse la lumiere alors laisse le!il aura le fruit de sa semence qu'il merite .Dans votre jardin un arbre fruitier mange le fruit de la branche il te reviens, donne aux malheureux celui qui est tombe.

Derniere moralite toujour veritable en ce monde du 21 eme siecle ne met pas tes ouefs dans le meme panier. Si dans la maison qui ta ouvert les portes ta famille ou tes amis t'ignorent ne dit point mot resort par cette meme porte secoue la poussiere de tes semelles et va. Je te donnerais meilleur dans un ailleurs .

Cette maison etait T A H I T I CECI EST EN PARTI MON HISTOIRE NOUS AVONS ETE IGNORE PENDANT DES ANNEES ,NOUS SOMMES PARTI AVONS LAISSE NOS SOIT DISANT AMIS!! ET FAMILLE PLUS VENIMEUSE , VERS UN AILLEURS AUJOURD'HUI NOUS AVONS LE BONHEUR ,MERCI SEIGNEUR.

Quand nous revenons au FENUA ET BIEN CELA SE PASSE DE COMMENTAIRES VOUS CONNAISSEZ TOUS LA REPONSE.

Pour teminer LOLO MERCI DE ME PUBLIER .LES SIECLES PASSERONT MES PAROLE RESTERONT,NOUS SENTONS TOUS SUR CETTE TERRE LE VENT NOUS CARESSER LE CORPS IL EST INVISIBLE ET POURTANT IL EXISTE VOUS CROYEZ EN DIEU!.

Crocodile Dundee

woody_best a dit…

Le plus étonnant quand on se retrouve perdu dans ce genre de quartier (car malheureusement il n'y a pas que celui-là) au hasard d'une mauvaise direction ou par choix de prendre un autre chemin que l'habituel, c'est la rencontre avec les gens. Les habitants ne vous menacent pas (c'est pas la ZUP de certains endroits réputés de métropole), vous ne vous sentez pas menacés et vous pouvez dialoguer.
Un ami m'apprenait récemment que Faaa était l'une des communes les plus riches de Polynésie ! Je n'ai pas vérifié mais entre les nombreux hôtels et l'aéroport, il est facile d'imaginer que les taxes doivent rentrées sans soucis dans les caisses de la commune. Punaauia n'est pas en reste et, parait-il, briguerait même l'obtention du pavillon bleu pour sa commune (la seule commune à l'avoir est Bora). Ce label favorise une prise de conscience générale envers un comportement plus respectueux de la nature et de ses richesses (plus d'infos sur http://initialesdd.blogspot.com/2009/01/bora-bora-hisse-son-pavillon-bleu.html ). La blogosphère et les médias locaux pourrait se faire l'écho de certains pavillons noirs qu'il y aurait à hisser sur certaines communes en matière de respect des individus et de leurs droits. Mettre un pavillon sur la présidence ferait offense aux communes et aux personnes qui s'implique pour de vrai.

En tout cas ton article est un modèle de journalisme d'investigation et permet de comprendre véritablement le problème en le replaçant dans le contexte global d'un système polynésien qui doit cesser au plus vite : il y en a qui se gave vraiment de façon éhontée et il y en a qui en crève ! Au milieu, il y a nous, et nous devons dénoncer et faire cesser. Cela a trop durer ! Comme le dit Albert2 : "Putain, notre fenua est beau, n’en faisons pas un enfer !"

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

WOODY, le mérite de l'investigation revient entièrement à PASKUA et LILI, moi je n'ai pas encore bougé mon cul de mon fauteuil.
Eux ils sont sur le terrain tous les jours...
Je suis un relais pour diffuser leur travail et l'information scandaleuse et inacceptable qu'ils ont levé comme un très mauvais lièvre...
Je crois que les blogs ont de plus en plus d'audience et d'impact donc il faut faire circuler l'info et voir comment les communes réagiront sachant que, comme je le disais, LILI et PASKUA ne sont pas du genre à lâcher l'affaire...
On en reparlera, soit pour féliciter une commune pour son action, soit pour dénoncer encore plus fort...

Anonyme a dit…

Un territoire de polynesie Francaise comptant 240 000 personnes Avec un budget apporte par la france de 160 milliards an ! est incomprehensible qu'il y est autant de miseres cela prouve une fois de plus les loups dans la bergerie se servir?

Je me souviens de certains anciens Polynesiens encore la aujourd'hui qui temoignent en disant tu sais popa'a quand la france diriger c'etait mieux!! ,l'autonomie c'est nul c'est mieux les Francais.

Cette generation aujourd'hui ne veux rien faire la polynesie est un enfant trop gate et l'enfant a force de lui donne tout ce qui desire se retourne contre toi .

L''ASSISTANAT a ete un grand fleau meme si au paradis il fait toujour beau ,chaud jamais d'hiver la vie n'est pas faite d'eau douce.

il y a des parametres contradictoires sur ce territoire .La vie est trop eleve , des ecarts de salaire exagere.
On s'apercois qu'en Polynesie il y a deux classes le riche et le pauvre.
Les banques qui pousse le tetuanui aux credits pour mieux le saisir .
discrimination financiere autorisee.
lES POLITIQUES LOCAUX DE TOUS BORDS LE SAVENT ,SECURITE DANS LA VILLE BUILLARDS NE FAIT RIEN? LE VICE , LE SEXE ,L'ARGENT ET LA RELIGION AMEN .
Et j'en passe !.Remarquez sur le blog a Lolo il n'y a pas un seul politique ecrire un commentaire ils savent qu'il existe , pas un pour elaircir les zones d'ombre de leur si beau FENUA QU'ILS POURRISSENT rEGARDEZ OSCAR Z O R RO LE LIBERATEUR DES POLYNESIENS DE L'ENTRAVE FRANCAISE TOUTES CES PROMESSES ? OU SONT ELLES ?NE VOUS Y TROMPEZ PAS HUM!! MIAM MIAM LES BONS BIFTONS VOYAGES ET CIE AU FRAIS DE LA PRINCESSE ET SA CRACHE DANS LA SOUPE.
lE OSCAR ET CIE ILS SONT LE MIROIR AUX ALOUETTES .
pENDANT CE TEMPS LA LA POLYNESIE CAPOTE DANS LA RECESSION DES LICENCIEMENTS ,DES INVESTISSEURS IL FAUT UN PENDULE POUR LES CHERCHER.

BREF LE CAHOT IL N'Y A PAS D'AVENIR POUR NOS ENFANTS TOUT EST ADMINISTRATIF ET PLUS ON AVANCERA DANS LE TEMPS PLUS LA DEMOGRAPHIE SE DEVELOPPERA PARCE-QUE CA Y VA ENTRE TES REINS JE VAIS JE VIENS COMME DISAIT GAINSBOURG .et remarquez bien tres jeunes 13 a 14 ans meme des filles enceinte qui frequente le lycee gauguin?

POLYNESIE TON FENUA PERD SES VALEURS.
OUI MESSIEURS LES POLITICIENS LOCAUX MAINTENANT N'ACUSEZ PAS LA FRANCE DE FAIRE SON TRAVAIL L'AUTONOMIE VOUS L'AVAIT ET VOUS N'ETES PAS CAPABLE D'ASSURER L'AVENIR DE VOS ENFANTS!!!!
quand je me suis rendu a la presidence de la polynesie pour une information personnelle une secretaire m'a repondu (elle etait jolie ongles long lisant le journal) d'un air me faisant savoir que je la derange dans sa lecture 10heures du matin!ma chef de service va vous recevoir j'ai attendu 50 minutes meme pas invite pour m'assoir? par la suite j'ais appris qu'elle discute a la cafetariat


CETTE chef de service POLYNESIENNE BARDE DE BIJOUX COLLIER DE GROSSES PERLES BAGUES A TOUS LES DOIGTS OR DIAMANTS ET PERLES . JE LUI AIS DEMANDE LE RENSEIGNEMENT QUE J'ATTENDAIS D'ELLE ELLE M'A REPONDU QU'ELLE ETAIT INCAPABLE DE ME REPONDRE QU'ELLE NE SAVAIT PAS .

HORS J'AI SU APRES QUE CE RENSEIGNEMENT C'ETAIT BIEN DANS SON SERVICE QU'IL ETAIT ou alors parce que je suis farani? .VOILA DES GENS QUE L'ON RECRUTE QUI SONT INCAPABLE DE VOUS APPORTER UNE REPONSE ET QUI TOUCHE UN SALAIRE DE 500 000XPf et roule en 4x4 climatise!!!!!!
Depuis 2004 combien de changement de gouvernement? ils y passent tous!tous les partis et aucuns jusqu'a present n'a reussi a relever le defi par soif du pouvoir ! de querelles intestines. de leurs arrogance de leurs orgueuil!.

Si la polynesie ne se developpe pas alors posez vous la question.

ou alors appelez monsieur science infuse!.


pipo

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

PIPO, t'écris comme CROCODILE DUNDEE c'est dingue... même longueur, même typographie... que c'est étrange...

Anonyme a dit…

Mon cher LOLO JE VAIS T'APPELER L'INSPECTEUR GADGET,OU BIEN LE DETECTIVE SHERLOCK HOLMES LEQUEL DES DEUX PREFERES TU ????

Tu devrais un jour reunir tes bloggueurs pour une grande bouffe monter un parti le LOLO FENUA SOLUTION. AVEC TOUTES LES TETES PENSANTE QUE NOUS SOMMES? NOUS POURRIONS APPORTER UNE SOLUTION AUX PROBLEMES DE CE SI BEAU FENUA.


Chiche!!.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Appelle-moi Sherlock Gadget !

Du Genou a dit…

Paskua & Lili, j’apprécie l’angle et la lumière, du N&B leicaïste à la Cartier Bresson, façon misère et un peu beaucoup voyeur…. Des sujets il en faut, pour faire une pleine page de journal.
Même si encore une fois je suis très sensible à la qualité des images, ce côté « zone interdite » ou « envoyé spécial » racoleur me gène quand il est rapporté au quotidien (oui c’est pas la douleur qui fait mal mais sa répétition…) pourquoi pas un peu plus de réserve ou discrétion et ne pas organiser une mega expo photo publique sur les barricades du front de mer , vue la circulation on aura le temps de les admirer et si d’aventure le Territoire ou la municipalité refusait, nous aurions alors raison de penser qu’ils ont des choses à cacher et se reprocher….

Pehu Oe a dit…

Mêmes fôtes d'orthographe aussi ...

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

DU GENOU, de quelles barricades parles-tu ?

Pehu Oe a dit…

Juste pour info :

Le Kosovo n'est pas la seule zone de non-droit de Polynésie. Il n'est même pas besoin de gratter très fort pour en trouver d'autres :
http://www.tahititomorrow.com/2009/11/08/attacher-vos-ceintures-la-polynesie-va-secraser/#comment-1688

Je ne fais pas de retape particulière pour ce site : Ce lien, à l'intérieur, est un témoignage, pas un article revendiqué par TT.

Combien d'entre eux ont un accès à Internet ? Sans doute 0.01 % ou moins.

Il me semble assez critique pour nous tous, pour l'avenir de nos enfants, que ces pustules de non-droit soient éliminées avant qu'ils s'y fassent engloutir.

Ceci ne peut être fait/initié que par nous, les cons de base, parce qu'aucun "d'en haut" ne se bougera le fion s'il n'a pas une forte pression d'en bas, de nous tous. C'est flagrant depuis 2004.

Pehu Oe a dit…

Il parle des tôles qui entourent l'interminable chantier à côté de Toata.

Taratoni a dit…

La solution est simple, il faut aller chercher l'argent la ou il est, dans les poches des nantis avec un impot sur le revenu, IRPP.
Je sais, chez vous les mots IRPP donne de l'urticaire, mais chez nous en caledonie cela fait 25ans que nous payons cet impot qui est a mon avis juste et equitable.
Comprenez-vous, que la petite fille dans la photo va devoir PAYER LA TIS pour acheter un autre ballon (plus cher) pour jouer. L'IRPP a travers les caisses sociales pourra lui acheter une pair de chaussures et un cartable pour aller a l'ecole.
Les Polynesiens n'aiment pas partager leurs richesses, pourtant il va falloir y songer avant que toute cette misere explose.
Et pour ne citer que JFK, "Ne pensez pas a ce que votre pays peut faire pour vous, mais pensez a ce que VOUS pourrez faire pour votre pays."

Pehu Oe a dit…

Taratoni, faire semblant de dégager un budget pour eux n'est absolument pas une garantie qu'il leur sera consacré.
Ce n'est pas avoir une ligne dans le budget qui leur importe, c'est de l'action, réelle, palpable, juste et équitable : Je ne vois pas comment un budget pourrait mettre en prison leurs tortionnaires, présents et futurs.

Le "Kosovo", ici, n'est pas un prétexte pour de la retape idéologique.

La vie n'est pas qu'une histoire de fric seulement, la preuve.

Taratoni a dit…

Alors si ce n'est qu'une histoire de simple Police, il suffit de porter plainte, point barre.
Soigner les symptomes et pas la cause, comme on dit.
Resumer cette situation a un gang de ex-GIP me semble reducteur.
Maintenant on peut s'interesser aux causes de cette situation, exode rurale, chomage, illetrisme...etc. Et la je suis desole, c'est une histoire de moyens (ou de fric comme tu dis).
Et cela passe par un profond changement des mentalites en PF. Il faut arrter de faire semblant de ne pas voir certaines choses et accepter la realite.
Pehu Oe, ta reaction est malheureusement typique d'un certain lobby anti IRPP qui freine des 4 fers l'avenement de l'IRPP en PF, alors que l'Etat Francais veut l'instaurer pour le bien du pays.

Pehu Oe a dit…

Ce que je vois surtout ici c'est que tu te sers d'eux comme prétexte pour présenter ta solution toute faite - qui n'a strictement rien de concret - et que tu embrayes aussitôt sur des attaques personnelles non-fondées lorsqu'on te le fait remarquer.

- Bien sûr qu'on peut ressortir tous les arguments et prétextes psycho-sociologico-polititoc "grand chic - grand teint" classiquement à la mode sur ce type d'histoire pour "en expliquer" l'origine, le développement, l'aboutissement, l'extension, la quadrature et l'âge du capitaine,

- Bien sûr qu'on peut appliquer des mesures "généralistes bien-pensantes", "bien sous tout rapport", "qui marchent ailleurs mais seront forcément refusées parce qu'elles froissent certains", etc, etc, etc.

- Bien sûr qu'on peut dire que c'est la faute "à la mentalité polynésienne", "au système Flosse", "à la cupidité naturelle de l'humanité", "au fatalisme tropical", "à la démission que provoque la détresse", à Napoléon et à Ben Laden, tant qu'on y est.

"Il suffit de porter plainte et point barre", dis-tu.

Rien que ça, ça montre que tu, désolé d'avoir à le dire, n'y connais rien en matière de fascisme ordinaire sur les pauvres, la base.

La charité des grands salons "du siècle des lumières" transposée sur Internet, ça existe aussi et déjà, ailleurs, et ça ressemble à ça, beaucoup.

Moi, ici, à Tahiti, je veux qu'on prenne les choses à la base, de face, sur le terrain, en concret et en grand :
Porter plainte quand c'est faisable ? Oui, mais à condition de :
1 - S'assurer AVANT DE LES FAIRE que les plaintes ne provoqueront pas des représailles pires que la torture actuelle ;
2 - S'assurer que la plainte ne sera pas verticalisée ou traitée en plus d'un siècle, c'est à dire en laissant le ou les tortionnaires continuer sur place leurs "petits jeux" sadiques et cupides ;
3 - S'assurer que tous les responsables - pas seulement les politiques stricts - sont au moins au courant qu'on se met sur le coup et que ça sera quasi-pareil partout ailleurs où on trouvera de ces crimes organisés, durables ;
4 - S'assurer que la médiatisation autour des plaintes sera systématiquement faite pour que tous les tortionnaires opportunistes soient arrêtés, poursuivis et marqués au même titre que des violeurs et des assassins qu'ils sont parfois ;
5 - S'assurer que tous ces lieux de misère, tous ces ghettos, toutes ces Nuutania sans ou avec murs d'enceinte sont traqués, recensés, surveillés, combattus.

Oui, il faut du fric pour ça, le 5 surtout, mais commencer par rechercher le fric sans proposer de stratégie, c'est de la démagogie et la démagogie sur la détresse de gens dans la misère et incapables de s'en défendre, ça m'énerve tout de suite.

Le fric n'est pas le sirop "Typhon" qui guérit tout.
Il faut aussi du courage, beaucoup (Maururuu ROA à Lili et Pasqua de s'être mis personnellement et directement en danger pour nous informer. Respect.), du temps, de l'obstination, du coeur et mouiller sa chemise pas seulement au clavier ou dans les discussions "entre amis".

Le fric est un carburant, il ne sera jamais un moteur, jamais un itinéraire, jamais un chauffeur.

Gratter du fric en pleine crise pour le remettre aux administrations alors qu'elles sont malades d'incompétence et de corruption en disant que c'est suffisant, désolé si tu ne l'as pas fait exprès, c'est de la provocation.
C'est une insulte bien plus grave que de me prêter des propos que je n'ai jamais tenus (ça, je connais bien, je m'en fous, je sais me défendre) parce que ça insulte tout le monde : Les victimes, ceux qui les défendent et ceux qui ne savent pas que ces horreurs existent à côté de chez eux (il y en a, beaucoup plus qu'on ne le croit) et ceux qui sont plus loin et tout aussi surpris et scandalisés.

C'est une insulte au nuna'a.

Dis-toi bien aussi qu'il n'existe aucune solution simple pour résoudre un problème social : S'il en existait ça se saurait et ça serait appliqué, il n'y aurait plus de problèmes sociaux aussi chroniques et graves.

Parahi.

Taratoni a dit…

La preuve que Kosovo n'est pas un favela de RIO tout de meme. Puisque tu nous le demontre.

"Moi, ici, à Tahiti, je veux qu'on prenne les choses à la base, de face, sur le terrain, en concret et en grand :
Porter plainte quand c'est faisable ? Oui, mais à condition de :
1 - S'assurer AVANT DE LES FAIRE que les plaintes ne provoqueront pas des représailles pires que la torture actuelle ;
2 - S'assurer que la plainte ne sera pas verticalisée ou traitée en plus d'un siècle, c'est à dire en laissant le ou les tortionnaires continuer sur place leurs "petits jeux" sadiques et cupides ;
3 - S'assurer que tous les responsables - pas seulement les politiques stricts - sont au moins au courant qu'on se met sur le coup et que ça sera quasi-pareil partout ailleurs où on trouvera de ces crimes organisés, durables ;
4 - S'assurer que la médiatisation autour des plaintes sera systématiquement faite pour que tous les tortionnaires opportunistes soient arrêtés, poursuivis et marqués au même titre que des violeurs et des assassins qu'ils sont parfois ;
5 - S'assurer que tous ces lieux de misère, tous ces ghettos, toutes ces Nuutania sans ou avec murs d'enceinte sont traqués, recensés, surveillés, combattus.

Oui, il faut du fric pour ça, le 5 surtout, mais commencer par rechercher le fric sans proposer de stratégie, c'est de la démagogie et la démagogie sur la détresse de gens dans la misère et incapables de s'en défendre, ça m'énerve tout de suite."

Avec une simple operation de police on a trouve le modus vivendi pour eradiquer les "Kosovo" et moi je t'ai donne le modus vivendi pour trouver du fric, l'IRPP. Il n'y a pas de demagogie la dedans. Il y a de la complemetarite et une synergie dans nos propos. C'est tout.

De plus :
Les moyens humains existent, la volonte des services sociaux est grande, (une responsable avait declarer dernierement que "la situaton est EXPLOSIVE). Mais voila, le pays est en faillite et il faut trouver de l'argent et vite. TOUT LES POLITIQUES NOUS DISENT CA TOUS LES JOURS. Je persistes a dire que beaucoup de problems en PF pourraient etre regles convenablement si les polynesiens montraient plus de solidarite. Les mesures qui appauvrissent les pauvres encore plus (TIS) ne sont pas la solution.
Seul l'IRPP est equitable et juste.
Et faut arreter de se voiler la face sous le pretexte que cette mesure est impopulaire. La TIS aussi est impopulaire, mais elle est surtout tres injuste envers les pauvres.

Pehu Oe a dit…

Je ne discute pas avec les trolls.

Taratoni a dit…

Le lobby anti-IRPP a encore frappe.