vendredi 6 novembre 2009

Hawaiki Nui Va'a, la plus grande course de pirogues du monde

.

Avec les élections de Miss et le Heiva, la grande course de pirogues Hawaiki Nui Va'a est l'un des évènements majeurs qui mobilise les foules en Polynésie. Le popa'a que je suis, même après vingt ans de territoire, voit cette compétition avec un prisme déformant et un oeil amusé.
En effet, c'est une énoooorme organisation avec plus de 80 pirogues de compétition bardées des auto-collants des sponsors, une intendance colossale qui passionne littéralement les locaux. Dans son activité professionnelle normale, on ne peut pas aller voir un client en ville sans tomber sur une radio qui hurle le commentaire en direct au cours d'une édition spéciale. Le commentateur est en effet à bord d'une coquille de noix au milieu de la course, dans des creux de 2 mètres et il est obligé de gueuler comme un veau pour couvrir le bruit du vent, du moteur, et des coachs qui eux aussi, en même temps, crient leurs consignes à leur équipe. La communication se fait par téléphone portable et il y a des loupés terribles qui rendent souvent la retransmission inaudible. Au mieux on arrive à distinguer si le fou en bateau parle en français ou en tahitien... Franchement, si vous débarquez d'ailleurs et que vous voyez des gens agglutinés autour d'un mini poste de radio qui laisse entendre des hurlements incompréhensibles, vous êtes en droit de vous demander si une guerre intergalactique n'est pas en train de se déclencher quelque part !
Quand vous dîtes bonjour à quelqu'un pendant une étape de l'Hawaiki Nui, on vous répond "iaorana, c'est Team OPT qui est en tête devant Shell !!!!".... ah bon...
Un scooter s'arrête près de vous à un feu rouge et si vos regards se croisent on vous demande "qui c'est qui mène ?" ...ben euh, désolé Brad, là j'écoute les Black Eyed Peas...
A l'arrivée d'une étape, il faut interviewer l'un des beaux piroguiers encore essouflé, c'est mieux... Et, haletant, l'athlète trempé d'embruns et de transpiration mêlée, se met lui aussi à hurler dans le micro que "ouais..... ça a été difficile.... on a tout donné...... (il reprend son souffle) ...on a suivi les consignes du coach.... y'avait une mauvaise houle.... (il boit une gorgée d'Eau Royale, boisson officielle de la course) ...mais on va bien se reposer.... (il fait un clin d'oeil souriant à sa cousine de Tahaa qu'il vient d'apercevoir) ...et demain on va se surpasser...."
Il y a la foule à une arrivée d'étape de l'Hawaiki Nui : des gosses en vacances qui font le shaka sign à la caméra, et beaucoup de jolies nanas qui font bronzette en bikini sur le bateau du beau-frère en exhibant leur nouveau maillot de bain échancré qui permet de bien voir leur poitrine récemment refaite et qu'il faut bien exhiber pour rentabiliser un peu le prix de l'opération... On prend des jours de congés pour aller voir les piroguiers de près, y'a un côté "m'as-tu-vu" un peu comme à Roland Garros, il y a des éditions spéciales sur les chaînes de télé locales et des spots de pub adaptés à l'évènement comme pour le Super Bowl aux States, dans des proportions un peu différentes quand même !
Trois étapes, la dernière aujourd'hui, par un beau vendredi ensoleillé, avec une arrivée réellement magistrale dans le lagon turquoise de Bora Bora, où une foule dense, avec de l'eau jusqu'à la taille, laisse une immense haie d'honneur pour accueillir le vainqueur en lui jetant des fleurs et en l'arrosant par de grandes claques dans l'eau. Les vues d'hélico de ce grand moment sont aussi uniques que fascinantes.
Du très très grand spectacle...
Et puis y'aura tout le week-end pour fêter la victoire de Shell et faire la bringue jusqu'à épuisement...
Deux petites interprétations graphiques de cette course à la sauce LOLO, et si vous souhaitez des infos fiables et sportives, rendez-vous sur le site officiel de cette très belle course que j'aimerai encore plus dans vingt ans, et que l'on devrait davantage promouvoir à l'international...
Oui parce que la pirogue c'est quand même un peu le sport national ici...

.
.

Sphere: Related Content

6 commentaires:

Hitihiti a dit…

C'est comme si on y était, dis! Tellement ça... :)

Même pendant les sessions de formation, les ordinateurs sont subrepticement branchés sur le web et les événements suivis en direkk (pas de journaliste hurlant dans son vini, mais presque -le son est quand même coupé - )... Les regards se font étrangement absents ou soudainement brillants... Les visages s'animent ou se figent... Les langues claquent... Les doigts tapotent nerveusement le bord de la table... Les jambes sont agitées de tics irrépressibles... Les sujets des travaux de groupe s'orientent forcément sur la question... Les pauses bruissent des commentaires fébriles des pro Shell Va'a ou des pro- Team OPT... C'est carrément chaud et... Rassurant d'une certaine manière.

Anonyme a dit…

slt lolo
"La communication se fait par téléphone portable et il y a des loupés terribles qui rendent souvent la retransmission inaudible."

je ne sais pas ce qu'avait rfo mais ce n'était pas au téléphone je ne crois pas car le son était bon.

c'est vrai que pendant la course le monde s'arrete de tourner.
bon weekend

deane

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

HITIHITI, oui en effet, quand les humains se déchaînent dans un vrai enthousiasme général, c'est rassurant...

DEANE, en fait, pour être plus précis, je faisais allusion à une retransmission de Radio1 qui n'est pas de cette année, et tu as raison, je n'aurais peut-être pas dû généraliser car la technique évolue et progresse...

Nic a dit…

mdr !! Excellent ton article !

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Marci NIC mais tu as vu : en grand blaireau que je suis, mon pronostic s'est avéré complètement faux, j'y reviens dans l'article de demain... Bon week-end

Albert2 : Invest in a va'a a dit…

L’avantage de Hawaiki Nui c’est qu’on peut tranquillement aller faire un casse à la BT sans être emmerdé par les guichetiers tous derrière leur transistor dans la salle de repos ou les surveillants de Tahiti Vigiles affalés devant la retransmission sur TNTV !