samedi 8 mai 2010

Un p'tit suisse et 200 syndicalistes chez Président...

.

Il reçoit du monde notre nano-Président de la présipauté polynésienne : d'abord l’Ambassadeur de Suisse en France, Ulrich Lehner, qui a dû se dire que Papeete c'était un peu moins propre que Genève, mais qu'on y voyait autant de Lexus et de Porsche Cayenne...
Et puis hier c'était la rencontre avec les syndicalistes.
GTS a eu une révélation dites donc... J'ai renoncé à mettre l'extrait vidéo parce que ça me gave et ça m'énerve d'entendre de telles inpeties : le président de la Polynésie vient en effet tout juste de comprendre que l'économie locale avait trop reposé sur le pilier du nucléaire.
Sans blaaaaaague !
Selon lui, la solution doit venir de la métropole au nom de la dette nucléaire !
Ben voyons...
Miser sur la relance de l'économie en agitant toujours le même joker, la même "rente", c'est effrayant pour l'avenir.
Il n'y a pas besoin d'avoir fait Science Po pour savoir que la Polynésie doit trouver en urgence des sources de développement alternatives et compter surtout sur elle-même en mettant un jour en place une vraie politique volontariste, couillue et audacieuse, dans les secteurs clé que l'on sait et pas une sinistre navigation à vue en fonction des desiderata des fonctionnaires trop nombreux. C'est Gilles Yau, l'autre jour, je crois dans ATU DIRE sur RFO qui disait très justement qu'il fallait par exemple "libérer l'entreprise", mettre des dispositifs en place pour que les entreprises privées puissent recommencer à respirer, puis prospérer à très brève échéance.
GTS parle de "constituer un groupe de travail"... pfff.... et puis toujours se mettre autour d'une table, on connait la chanson... et puis aussi une délégation qui irait à Paris... où ils seront reçus par le remplaçant intérimaire de l'adjoint au co-délégué du sous-secrétaire chargé de la communication, et pas par le ministre. Des ministres qui, comme par hasard repoussent leur voyage en Polynésie : après Borloo, c'est Bussereau qui décommande le fafaru...
On pue de la gueule ou quoi ?
Et puis on appelle la métropole au secours, mais si on passe sous tutelle faudra pas que la métropole fasse chier et pose trop de questions...
Quel flip d'entendre ça...

On les connait les solutions, il faut juste les mettre en place !
Lisez ou relisez cet article de Hirofarepote, le génial et discret rédacteur de Tahiti Punu News, y'a le mode d'emploi !
Et vous conviendrez que Gaston Tong Sang n'est définitivement pas le "Churchill polynésien" qui nous sortira de la crise...
Donc vite ! ...au suivant !
.
.

Sphere: Related Content

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Géniale l'idée de faire appel à la Métropole au nom de la dette nucléaire (tiens, c'est nouveau !) au moment où Fillon parle de se serrer bien fort la ceinture pendant les 3 prochaines années !
On est au courant à Papeete ou il faut leur faire un dessin?

gafidou

Anonyme a dit…

Yen a un qu'a les fonds, l'autre qui a le plan.... ça devrait marcher pourtant !!!! comprends pas....LOL
chris des iles

FanFan a dit…

Y'en a un qui a dit , je ne sais plus dans quelle émission, on n'est pas des grecs et eux on les aide bien alors que nous devrions passer avant, mais rappelez moi, combien de milliards ont été distribués à la Polynésie depuis l'arrêt des essais ( DC !) ???? pour donner quoi au final .... quand on regarde le pays, on se demande bien où est passé tout ce pognon (qui est prélevé sur les impôts des français de métropole non ? )????? enfin non ! on se demande plus .....

Vana a dit…

Oui Fanfan, c'est le pitoyable Galenon qui a osé dire ça au JT de RFO et comparer la Grèce à la Polynésie. En oubliant juste de dire que les Grecs vont faire de terribles efforts et rembourser ce qu'on leur prête.
Ici, on veut les sous mais faut pas toucher aux acquis sociaux (418.000 Fcp brut de salaire moyen à la CPS) et puis c'est un don bien sûr.
Bref, donnez des sous à cause des essais, qu'on continue à les gaspiller comme depuis 40 ans.
Et quand j'entends dire "c'était quand même mieux du temps de Flosse", y'a qu'à voir l'avenir qu'il nous a préparé avec tout cet argent.

Bruno a dit…

Ils croient tous que la Métropole a (encore) confiance en eux et qu'on va leur accorder 28 milliards comme çà, faut pas rêver !!!!!