mercredi 12 août 2009

Rififi à la Chambre de Commerce

.

Jules Changues et Gilles Yau
.
On connait le cirque de nos politiques locaux, on va admirer dans les jours qui viennent les brillantes démonstrations syndicales, et dans la série "les hommes de bonne volonté qui s'investissent pour faire avancer la Polynésie dans l'intérêt général", nous avons aussi les brillants leaders de la Chambre de Commerce. On se souvient du débat pré-électoral sur TNTV fin Mai... Deux mois et demi plus tard, l'ancien président battu, Jules Changues, fait son caca nerveux à la Flosse et ne veut pas dégager de son fauteuil... parce que sa liste représente deux collèges sur quatre, et Gilles Yau, vainqueur des élections, veut trôner dans ses nouvelles fonctions...
Avec leurs tronches d'éternels contrariés, les deux ennemis qui ont manifestement un très très vieux contentieux, créent une situation de blocage, ce qui fait rire Christophe Plee, le poil à gratter et 3ème aux élections, définitivement bloqué en mode "LOL MDR", qui déclare "la chambre de commerce n'a rien fait pendant des années, qu'est-ce que ça change, on peut attendre encore six mois", ce qui n'est pas faux...
Plee envisage un recours judiciaire, et le Ministre de l'Economie, Georges Puchon, doit jouer le médiateur dans cet Nième spectacle ridicule, affligeant et honteux de la vie politico-économique locale...
.
.

Sphere: Related Content

7 commentaires:

nafearatataue a dit…

brrrr, à donner la chair de poule tes photos, un qui a la tête d'un croque-mort et l'autre qui a la tête d'un mafioso....

Bon, je retourne voir Paris essayer de s'enlever le grain de sable coincé son maillot, elle est bête comme ses pieds, mais au moins ça me donnera moins de cauchemars :))

Jojo Lautner a dit…

(discours entre 2 journalistes entendu à l’issue de l’apéritif-dinatoire de la dernière rencontre Changues/Yau)
- Charmante soirée, n'est ce pas ? Vous savez combien ça va nous coûter ?
- Y'en a qui gaspillent et y'en a d'autres qui collectent ...
- C'est pourtant pas leur genre
- Et ben ça prouve qu'ils ont changé de genre. Voilà !
- Quand ça change, ça change !
- Laisse moi t'dire qu’on s'prépare à des nuits blanches... des migraines... des "nervous breakdown", comme on dit de nos jours.
- Vous croyez qu'ils oseraient ?
- Les cons ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît.
- Tu sais ce qu’on devrait faire... rien que pour le principe ?
- Cette démarche ne s'impose pas, aujourd'hui les diplomates prendraient plutôt le pas sur les hommes d'action, l'époque serait aux tables rondes et à la détente. hein ? Qu'est-ce que t'en penses ?
- J'dis pas non.
- Mais dis-donc, ‘sont tout de même pas venus pour beurrer les sandwichs !
- Pourquoi pas ! au contraire, les tâches ménagères ne sont pas sans noblesses ; surtout lorsqu'elles constituent le pas vers des négociations fructueuses. hein...
- Pourquoi vous dites ça ? Gilles a l'air pourtant honnête !
- Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça il a l'air assez curieux.
- Faut reconnaître, c'est un brutal !
- Vous avez raison. Il est curieux, hein ?
- Oui, surtout avec Jules, il comprend rien au présent, rien au passé, rien à l'avenir, rien à la Polynésie, enfin rien à la France, rien à l'Europe, enfin rien à rien... mais il comprendrait l'incompréhensible, dès qu'il s'agit d'argent.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> NAFEARETATAUE >> Ah c'est moins glamour et c'est moins pipole, c'est sûr...

>> JOJO LAUTNER >> Et alors, aux quat' coins d'Papeete qu'on va les retrouver éparpillés par petits bouts façon puzzle ?

usableblock a dit…

Et demain les syndicats ne feront pas grève tant qu'on ne saura pas qui de Cyril ou Ronald pourra mener la marche !!!
Ronald dit : c'est moi le plus vieux et Cyril dit : c'est moi le plus petit ...
C'est beau quand même de travailler pour les autres !!!

Pehu Oe a dit…

>>NAFEARETATAUE>> "Méfiez-vous de la première impression : C'est toujours la bonne." - Talleyrand (qui était un sacré connaisseur)

Pehu Oe a dit…

Un avantage de taille dans cette histoire : Tant qu'ils sont occupés à se bouffer le foie entre eux, ils ne font pas chier le peuple.

Finalement, vu sous cet angle, j'ai rien contre les regarder faire, vautré sur une paire de coussins épais, dans les gradins de To'ata, la main dans le sac de chips et la Hinano à portée. Entrée gratuite. (Ce sont bien les tinito qui ont importé la "tradition" des combats de chiens, hein, je confonds pas ?)

Anonyme a dit…

les pieds nickeles je t'aime moi non plus.

les deux trous du fut dans le film je te tiend tu me tiend par la barbichette .

Crocodile Dundee