jeudi 27 août 2009

Tetiaroa... le récif sacrifié ?

.

Deux lecteurs m'ont spontanément écrit pour s'émouvoir du traitement qui est fait de l'atoll sublime de Tetiaroa dont le fameux numéro d'ENQUETE EXCLUSIVE, qui sera finalement diffusé le 15 septembre sur TNTV (pour ceux qui n'ont pas encore vus les pitreries présidentielles...), parle abondamment.
On y voit Guy Jacquet, toujours sur le terrain, constatant le début des grands travaux et la présence des gros engins de chantier, et terminant en disant qu'il allait saisir le ministre de l'environnement dès le lendemain. Encore une fois, chapeau à Jacquet d'être partout, mais, comme toujours, aucune nouvelle des suites de son intervention et de sa rencontre avec Georges Handerson, ministre de l'environnement...
Car la question est de savoir si, au nom du développement touristique dont la Polynésie a impérativement besoin, on peut faire des concessions et des sacrifices sur l'environnement.
La réponse est manifestement OUI.
Qui nous dit que cet hôtel ne finira pas à l'abandon comme le Tahara'a ?
Le boulevard creusé dans le récif, lui, quoiqu'il arrive, est irréversible (voir photo aérienne ci-dessous).
Mes deux lecteurs en parlent avec passion, conviction, précision, ils connaissent manifestement leur sujet, et je leur laisse donc volontiers la tribune...


Je suis une ancienne résidente polynésienne et ca me déçoit beaucoup que l'on bousille le fenua comme ca. Qu'ils magouillent va encore, mais qu'ils détruisent ce paradis pour de l'argent, ca c'est trop fort.
Pour partir du commencement, Brando n'a jamais voulut cela. Une histoire de gros sous, depuis longtemps le groupe Beachcomber voulait ce site. Il y'a eu des magouilles de fausse signature sur le soit-disant nouveau testament de Brando. Sa volonté a toujours été de préserver ce site qu'il aimait tant.
Et donc de ne jamais le vendre...un procès est en cours en Californie, mais l'hôtel sera déjà construit d'içi là.
Ensuite leur soit-disant hôtel super écolo n'a pas pris en compte les avis des spécialistes des fonds-marins et écosystèmes lagunaires. Ils veulent mettre en place une pompe qui prendra de l'eau froide en profondeur pour les clims etc...et la rejettera... dans l'eau du lagon, chaude...je te laisse deviner, même sans être expert, ce que ca peut faire à un poisson de changer sa température d'eau. Apparemment le système est déjà en place au St Régis, si je ne dit pas de bétise, mais aucune étude sur l'impact sans parti-pris n'a été effectuée. La seule étude fournie vient des fournisseurs de la pompe ! lol ! Ils s'appellent CREOCEAN
tu trouveras leurs projets sur leur site internet...
J'ai entendu dire que Tetia serait une vitrine pour décliner ce système ailleurs, en gros le vendre...
Je te laisse seul juge de la visite "explicative" et pseudo rassurante du directeur de projet et des pêcheurs et délégation polynésienne. Une blague. En gros, on vous achètera votre poisson pour le restau de luxe alors foutez-nous la paix.
Il y a eu aussi le problème des marae...pas grave, on déplace, on re sacage un nouvel endroit pour faire la piste...blablabla
Tout ceux qui ralent bizarrement ne râlent pas longtemps. Ils trouvent un "arrangement".
En terme de business touristique, tout reste à prouver quand on voit que le St Régis ne fonctionne pas, qu'ils ferment un autre hotel à Bora et que TNT va peut-être péricliter. Si ils ne règlent pas le problème du tourisme en polynésie (trop cher, pas de service à la hauteur, trop loin (bon ça ils vont rien pouvoir y faire) il y a de fortes chances pour que cet hôtel ne fonctionne pas plus. Malgré ce risque, ils bousillent et ça de façon très durable, un écosystème préservé.


Théoriquement les aménagements prévus dans le projet ont fait l'objet d'une évaluation de l'impact sur l'environnement, or ces travaux sur le récif n'étaient pas prévus donc pas pris en compte d'après ce qu'on m'a dit. Je n'ai pas vu l'étude d'impact de l'hôtel malheureusement donc je ne peux pas juger du sérieux du projet. On m'a dis que ce serait un bureau d'étude de métropole qui aurait fait l'étude (déjà c'est un peu louche!!!!!).
Je sais aussi que le groupe embauche un jeune biologiste pour vérifier absence d'impacts du chantier mais ce dernier étant payé par intercontinental n'a pas trop le pouvoir de s'opposer à eux....
De tels travaux outre le fait qu'ils détruisent le récif peuvent modifier l'hydrodynamisme de la zone (circulation de l'eau dans le lagon). Le recif risque de se dégrader alors au fur et à mesure autours des travaux avec assaut des vagues en saison des houles sur la face exposée.
Sans compter qu'il a été plus ou moins montré que la destruction des récifs favorisait la ciguatera (gratte) dont était exempt Tetia jusqu'à présent.
De plus aucune demande d'occupation du domaine public n'a été apparemment présentée par le grouper hôtelier
Pour avoir passé de nombreuses journées et nuit à Tetia à l'époque de l'ancien hotel (un must quand tu avait une petite à lever!!!!), je suis sûr que les aménagements auront un impact écologique bien plus important que la petite structure qui était installée et peu visible:
- Impact paysager,
- Grosse production de déchets,
- Eaux usées
- Impacts sur l'avifaune (oiseaux)
- etc....
Il est clair que les impératifs économiques en Polynésie sont + importants que les enjeux environnementaux....
A quand un tourisme en Polynésie sur le modèle des Maldives???
.
.

Sphere: Related Content

22 commentaires:

Pehu Oe a dit…

Les politiques sont les pantins et les boucliers humains des financiers et les financiers n'ont rien à foutre de tout ce qui ne leur rapporte pas, tout est bon à faire/prendre/saccager si ça leur rapporte, tout.

On m'a rapporté qu'un certain Ravel, ou quelque chose comme ça, un plein de fric adorateur de l'ombre en tout cas, aurait dit, en 2003, "Flosse, je le tue maintenant" ...

Il y en a d'autres. Tetiaroa meurt de ces super-enfoirés prédateurs, maintenant.

C'est certainement par hasard qu'il n'y a pas de journaliste d'investigation financière ici, le même hasard qui a volatilisé notre JPK cherchant à s'en rapprocher.

La Démocratie ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.
Aue !

Albert2 a dit…

Je voudrais juste corriger une petite erreur sur l’analyse faite par ton correspondant : le système de clim par eau de mer puise l’eau froide le long du tombant par – 930 m et la renvoie à l’océan par -600 m. Il n’y a donc pas d’impact sur les eaux lagunaires.
Pour le reste, j’approuve des 2 mains (non dès aujourd’hui) l’ensemble du commentaire ; j’ajouterai même que – avec le manque de recul - le système ne parait pas vraiment au point : l’échangeur thermique en titane de l’InterContinental de Bora supporte apparemment assez mal la nature physico-chimique des eaux polynésiennes et commence à donner des signes de faiblesses… A peine 5 ans après sa mise en fonctionnement… tiens 5 ans, c’est le temps que dure la défisc ; après, il n’y a plus de pognon à se faire !!!
Il faut donc construire très vite cet hôtel à Tetia pour pomper à nouveau l’état français ; BeachComber SA c’est Intercontinental, la boucle est bouclée !

Gaspard ALizant a dit…

Le St regis ne fait pas partie du groupe Intercontinental ici, c'est même son concurrent, donc rien à voir avec le système d'échangeur en question.
Quant aux "dommages" causés au récif de Tetiaroa, pour y être allé une bonne centaine de fois, je peux vous dire que les patates déplacées ou brisées pour faciliter le passage des zodiacs de "mer et loisirs" il y a quinze vingt ans, ou les installations sauvages sur le motu aux tortues n'étaient pas à mettre au compte de l'ogre capitaliste!
Les multiples déchets que nous y retrouvions étaient clairement laissés par les pécheurs de passage. De la même façon, une plongée sous l'Auroch, ce bateau ancré à quelques mètre du récif par le même GIE Mer et Loisirs (dont les responsables sont maintenant installés à Moorea...)permettait de découvrir des monceaux de détritus, batteries usagées etc.
Alors venir taper sur un projet qui sera certainement élitiste, mais qui permettra à coup sur de créer des retombées très positives pour la Polynésie (et les polynésiens) me parait un peu facile.
Cet angélisme commence à me les gonfler sérieusement, le territoire a besoin d'investisseurs, il faut créer de l'activité ou il ne s'agira pas de défendre trois patates à Tetiaroa, mais bien d'éviter que toute une jeunesse désoeuvrée parte à la dérive avec les conséquences tragiques que cela pourrait avoir.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> PEHU OE >> C'est vrai que, côté pantins, on peut s'étonner que le mécontentement qui montait ait été si vite canalisé après la visite médiatique sur place...

>> ALBERT2 >> Merci pour ta précision / rectification

>> GASPARD ALIZANT >> Merci d'avoir exprimé ton opinion. Le propos n'est pas d'appeler à un boycott du projet mais d'ouvrir le débat. J'ai volontairement mis un titre sous forme interrogative à dessein. Je ne vois pas où est l'angélisme dans le fait d'amener des arguments et une photo. Ce qui est sûr c'est que Tetiaroa ne sera plus jamais comme avant, et l'attitude qui consiste à dire "amen" les yeux fermés à tout ce que peut proposer n'importe quel investisseur ne me semble pas moins gonflante...

TOFY98 a dit…

J'ai un avis différent des vôtres :
Ce nouvel hotel et la nouvelle piste seront construit sur 1 seul motu (le plus grand). Ce projet bio semble intéressant car il sera la vitrine technologique et ecologique en terme de climatisation, d'électricité, de recyclage, etc...
Aprés leurs 4 hotels et le Paul Gauguin Beaccomber SA se lance dans projet certainement élitiste (prix d'accés exhorbitant) mais créateur d'emplois et de développement. Je ne crois pas que cet hotel sera laissé à l'abandon au bout de quelques années comme il l'est écrit.
J'ai séjourné dans l'ancien hotel au début des années 90, malgré un cadre paradisiaque c'était vraiment pas terrible. Alors si c'était ça, le reflet du tourisme polynésien !!!!
Quand on voit le meli melo pour la desserte des iles sous le vent aujourd'hui, les démarches administratives et les lobbys politicoamicofamilliaux, on se demande comment des investisseurs ont encore envie de venir se faire chier en Polynésie. (Ok la défisc!!!)
Un dernier point plus drôle, aprés son usine à nono maintenant que notre président nous a montré comment planter des cocotiers avec son nouvel engrais, l'avenir du territoire semble s'éclaircir.
Quand on parle d'autonomie et d'indépendance et que les politiques continuent à venir pleurer des sous à la mére patrie pour s'engraisser cela me fait bien marrer.
Continuons à tenir ce langage sans queue ni tête et le mur ce sera de face que l'on va se le prendre.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> TOFY98 >> Merci pour cet avis. De toute façon, l'avenir nous le dira... Certes, cet hôtel est annoncé comme une vitrine technologique mais que l'on me comprenne bien : je ne suis par contre de gros investissements évidemment, je dis simplement qu'on pourrait déjà consacrer des budgets et de l'énergie humaine à revoir la politique du tourisme en remplissant les hôtels existants, et, pour ce qui est des nouveaux projets, peut-être pouvons)nous être vigilants... La découverte de la faille dans le récif montre que le projet n'a peut-être pas totalement ou correctement étudié...

Anonyme a dit…

Que dire de ces politiques Locaux qui n'ont aucunes bases dans ce domaine!!!!!!!!!!!.

Ils sont ne dans ce si beau Pays ,parlent de culture ,mais n'en connaissent pas la valeur ?.

Ils n'ont que la valeur de l'argent.

Ce sont des incompetents dans tous les domaines

EX: UN POLYNESIEN QUI A TRAVAILLE COMME MANOEUVRE DANS LE BATIMENT DEMAIN TU LE RETROUVE MINISTRE DE L'EQUIPEMENT, EN REALITE IL CONNAIS MEME PAS LE DOSAGE POUR FAIRE UNE GACHE DE CIMENT!!.

tOUS DES GUIGNOLS!!!!!!.


Pipo

Niko a dit…

C'est rigolo de voir que les commentaires favoirables au projet sous réserve qu'il sera la "vitrine technologique et ecologique en terme de climatisation, d'électricité, de recyclage, etc..." ne précisent jamais ce qu'il en sera réellement.
Recyclage de quoi??? Comment???
Si on veut faitre un hotel à la pointe du develloppement durable, il faudrait alors commencer par préciser quel sont les filières mise en place pour ptotéger l'environnement des impacts d'un tel ouvrage. Il ne suffit- pas de dire que de toute façon le projet est "créateur d'emplois et de développement", il faut aussi prouver qu'il est en même temps respectueux de son environnement.
Car conclure en disant que "le territoire a besoin d'investisseurs, il faut créer de l'activité ou il ne s'agira pas de défendre trois patates à Tetiaroa" est véritablement le genre de discours que nous n'avons pas envie d'entendre dans un cadre de develloppement durable. C'est comme de dire : razons la montagne, c'est pas 2 ou 3 arbres qui vont nous empecher de construire des habitations destinées aux gens sans propriété, les pauvres!!!!
Il y a 2 poids , 2 mesures. On peut trés bien faire un hotel à tetia sans anéantire 50 m de récif (c'est un peu différent de 3 patates cher ami!!!).

TOFY98 a dit…

Comment veux-tu livrer sur Tetia des milliers de tonnes de matériaux de constructions et autres sans faire un chenal dans le lagon et une ouverture sur le récif ???
Je ne defend aucunement le projet mais comment le dénigrer sur les seuls commentaires de 3 écolos du dimanche.
Ils auraient mieux à faire à s'occuper des points noirs comme :
PAIHORO
Décharge de FAA'A
Polution des rivières (TIPAERUI et PUNARUU, etc...)
Rejets industriels
Tri selectif de nos poubelles
Eau potable
Décharges sauvages
etc... etc...

Gaspard Alizant a dit…

Sur l'hôtel à l'abandon au bout de quelques années: on parle tout de même du groupe qui a acheté succèssivement des hotels à Tahiti, Bora, Moorea, Fakarava et plus récemment, du navire Paul Gauguin. Il s'agit d'excellents professionnels avec une vision, qui auraient aussi pu prendre leur pognon et se barrer avec (et en jouir très largement)au lieu de prendre des risques énormes sur un territoire dans lequel plus grand monde ne croit.
Sur les patates: Mon propos était de dire que selon que vous soyez un groupe sérieux ou un "petit artisan local", on vous demandera d'un coté une totale innocuité environnementale, et de l'autre on laissera faire, parce "qu'il faut bien qu'ils travaillent ces braves gens".
Et que cet atoll a été abondamment salopé bien avant la venue de l'ogre Beachcomber.

Niko a dit…

A Tofy98....3 écolos du dimanche... MDR!!!
Pour ton info certains des commentaires ont été déposés par professionnels de l'Environnement, non pas des écolos....Par contre toi tu semble être un gros rigolo toute la semaine comme ceux qui ont donné les ordres de réaliser cette exclavation sur le récif sans autorisation d'occupation du domaine public et travaux immobiliers.
Pour ce qui es des autres problèmes de notre fenua que tu cite, : PAIHORO
Décharge de FAA'A, Polution des rivières (TIPAERUI et PUNARUU, etc...), Rejets industriels, Tri sélectif de nos poubelles, Eau potable, Décharges sauvages, etc... etc... il y a toujours au gouvernement des gens comme toi des qui mettent en avant les intérêts économiques avant les impératifs socio, écologiques et sanitaires... Voilà pourquoi le pays n'avance pas dans le bon sens!!! Celui d’une économie raisonnée.
Mais pas de problèmes, bientôt tu pourras passer les week end sur l'atoll vitrine écolo touristique du groupe interconti. félicitation!

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

On se calme hein les garçons !!!! d'accord ? on débat, on argumente mais on reste courtois...
Allez vas-y mon p'tit TOFY, à toi la parole...

Pour TOFY j'en rajoute une couche : personnellement si je suis un écolo du dimanche, je préfère consacrer le dimanche à l'environnement qu'au Seigneur... et d'autre part je suis pour le tri des déchets mais pas pour celui des luttes écologiques...

A toi mon TOFY...

Here a dit…

L'occupation du domaine public maritime a été consentie pour 30 ans par arrêté n° 1454 CM du 15 octobre 2008 publié au JOPF du 23 Octobre 2008.
Cette occupation a été consentie en prévision de la réalisation de :
"1° Une plate-forme de transfert située côté mer sur la crête
récifale, d'une superficie de 747 mètres carrés, destinée à
permettre les échanges nécessaires pendant la phase des
travaux et lors de l'exploitation de l'hôtel ;
2° Un quai de déchargement situé côté îlot sur le motu
Onetahi en bordure de lagon, d'une superficie de
371 mètres carrés ;
3° Un linéaire de transfert dans le lagon entre l'abri
maritime situé entre le récif et le motu Onetahi, d'une
superficie de 13 315 mètres carrés ;
4° Des réseaux techniques dans le lagon, d'une superficie
totale de 1 218 mètres carrés, destinés au transport d'eau
et d'électricité."

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> HERE >> Mauruuru pour cette info précise, claire et référencée.
Donc, autrement dit, on était prévenus, faut pas s'étonner aujourd'hui c'est ça ?

Here a dit…

>> Lolo

C'est un peu ça. Je rapellerais juste que les extractions de sables/coraux/matériaux doivent faire l'objet d'une autorisation distincte de l'autorisation d'occupation du domaine public (la première est du ressort de l'équipement, la second des affaires foncières). J'ignore si la SA Tahiti Beachcomber les a demandé.
Si ce n'est pas le cas, c'est illégal (on appelle ça une contravention de grande voirie qu'il appartient aux agents de la direction de l'équipement de constater).

nikomoorea a dit…

Recentrons le débat donc...

Merci Here pour l'info (apparement tu n'es pas un écolo du dimanche).

Donc le quai sur le récif a été autorisé, mais qu'en est t'il de l'excavation réalisée entre lui et l'océan (autorisations délivrées par le GEGDP)???

Outre la réglementation sur les extraction, le Code de l'Environnement précise que l'etude d'impact doit porter sur le projet dans son ensemble.

Quelqu'un a t'il lu ce document et constaté que l'excavation de coraux était prévue???

Anonyme a dit…

La critique est facile, "l'ouvrage d'art" est difficile. Bravo pour l'équilibrage du débat.Permettez moi d'en rajouter une pelletée.
- Le quai de Tetiaroa est construit sur une partie du récif exploité pendant trente années par Marlon . On y débarquait touts les matériaux lourds en leS tirant depuis la terre avec un câble! Autrement dit tout ce qui se trouve sur ce passage est mort depuis des lustres et habite le paradis des coraux sacrifiés sur "l'hôtel" du tourisme local.
Pendant des années, des dizaines de tonnes de déchets ont été accumulés avec toutes les conséquences sur les écosystèmes dont personne et surtout pas les pêcheurs se sont jamais plaints. Et parlons-en de ces pêcheurs, si certains sont d'honnêtes artisans de la mer, d'autres ( beaucoup d'autres) braconnaient allegro sur Tetia ( en bouteille de plongée et avec projecteur c'est toujours plus facile de faire des massacres)Depuis qu'il y a de l'activité en permanence , c'est marrant cette activité toute aussi destructrice illégale a disparue....
Et je ne parle pas ceux qui jettent plusieurs ancres sur les coraux pour stabiliser leur mouillage et déglingue tout sur un rayon de cinq cent métres touts les week-end.
Arrêtons les fantasmes écolo, M6 a utilisé notre Guy JAQUET national ( l'éco soldat) sans parler de tout çà bizarre.
Jettez un oeil sur ce qu'on fait les hotels à Borabora, à Moorea,à ce que font certaines communes ou mieux le pays en termes de remblais et extractions sauvages, et les rejets dans le port ou sous l'aéroport .Parlez nous des dynamitages de Tupai et autres , alors la critique sera globalement utile.
Soyons enfin logique, la préservation de l'environnement est le fond de commerce du futur hotel, pensez-vous sincérement que le promoteur soit stupide aupoint de le détruire ?

TOFY98 a dit…

PS : Aux dires des futurs prix pratiqués, je n'aurais jamais les moyens de passer un week-end sur ce bel atoll !!!!!

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Merci à tous en tout cas pour ce débat d'idées très bien argumenté quoique vous pensiez...

Anonyme a dit…

super tout ca mais il manque un commentaire, celui d'alex duprel qui connait bien ces lieu, il suffit de relire ses nouvelles dans "le bleu qui fait mal aux yeux" pages 163 à 177, vous pouvez lire aussi le livre en entier, cela devrait apporter de l'eau à votre moulin.
paeaitinui

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> PAEAITINUI >> Euh non désolé, le moulin n'est pas prévu dans le projet Brando, je vais aller bloquer le chantier avec mon zodiac !

Anonyme a dit…

Il est tellement facile de casser ce projet, au nom de l'Environnement ! Mais tout le monde a oublié que cet atoll est privé et que les propriétaires ont peut être besoin de revenus et souhaitent voir cet atoll se développer, tel que leur père Marlon l'avait envisagé. Ce projet a été initié avant le décès de Marlon qui avait donné sa bénédiction au promoteur.
Les hôtels beachcomber fonctionnent bien, et en tous cas bcp mieux que les autres en cette période de crise (chiffres à l'appui); cela est peut être dû au professionalisme du gestionnaire intercontinental!! car si l'on attend les GIE Tahiti tourisme&co pour développer notre industrie touristique, je doute que mes arrières petits enfants voient un changement réel par rapport au constat d'échec que l'on peut faire en 2009 !!
Ce projet va enfin faire parler de la PF dans le monde, en Bien cette fois-ci...
Autre précisions : le système de clim installé à Bora rejette l'eau dans l'océan à environ 50m de profondeur où la température est la même que celle de l'eau rejetée. Alors arrêtez d'affirmer des choses que vous n'avez pas pu vérifier par vous mêmes.
Pour ma part, je me réjouis de constater qu'il y a encore des investisseurs désireux d'investir dans notre fenua, pas vous ?
Teiva