mercredi 12 mars 2008

Soeur Béatrice, ne vois-tu rien venir ?


A l'Assemblée Territoriale, Armelle Merceron s'est isolée sous l'appellation "sans étiquette" pour ne pas cautionner l'alliance du groupe orange / bleu UDSP. Elle n'a pas pour autant quitté le Tahoera'a mais a séché ses larmes pour arborer une sorte de sourire (hein ? comment ? ...c'est une grimace ? ...ah bon...) au milieu d'Edouard Fritch (orange / Tahoera'a / à gauche) et Pierre Frébault (bleu / UPLD / à droite).
C'est vrai qu'en faisant partie de cette alliance pour le second tour des municipales à Pirae, elle démontre toute la splendeur de la droiture de ses idées, la cohérence de sa ligne de conduite.
Et puis cette girouette a un ennemi terrible à battre dimanche, ce candidat qui, à 125 voix près, a failli décrocher la majorité absolue des le premier tour : sa soeur, Béatrice Vernaudon !

Sphere: Related Content

6 commentaires:

Albert2 a dit…

J’ai vu que les Nouvelles de ce mercredi avaient aussi remarqué la chose et en ont fait un encart en page 3.
Sinon sur tes photos, on s'apperçoit que - si Pierre Frebeault a mis sa belle chemise verte de l’entente cordiale (1) - Edouard lui n’a pas eu le temps de changer sa chemise orange du premier tour !
(1) je vous laisse le choix entre la référence historique ou cinématographique

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> ALBERT2 >> ça n'a échappé à personne (sauf à moi avant que tu le soulignes), même Yann Perez ironisait ce matin dans sa revue de presse sur NRJ dans le 6/9.
Quant au style vestimentaire de Pierre Frébault, alors là, c'est Austin Powers + les Deschiens + Mister Bean + Philippe Katerine mélangés... c'est du néo-kitsch-rétro-avant-gardiste !

Anonyme a dit…

je reviens de la poste et dans toutes les boites (et beaucoup par terre) il y a une très belle lettre signée Edouard Fritch. Si j'avais envie de voter pour lui maintenant c'est fini, raté, mauvaise pioche. Rarement vu plus nul et vindicatif. Beurk.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> ANONYME >> Merci pour l'info ! Tu me l'envoies la lettre ? Naaan j'déconne ! ...si je peux éviter de la lire, j'aimerais passer une soirée sans m'énerver...

Albert2 a dit…

Maintenant méfions nous des faux semblants ; quand je vois Béatrice Vernaudon toute confiante au JT de RFO dire que la victoire est presque assurée, qu’elle a eu 48 % des voix au premier tour et qu’elle saura pêcher les voix manquantes chez des déçus de l’entente cordiale…
Une bataille – surtout électorale – n’est jamais gagnée tant qu’elle n’est pas achevée. Je me souviens de l’élection présidentielle de 1981 (eh oui ça ne nous rajeunit pas, mais ça a du être aussi ton premier vote !) avec un Giscard d’Estaing, sorti en tête au premier tour, paradant à la TV en étant sur de sa victoire au second tour !
Un coup tordu (souviens-toi du "monopole du cœur") a peut être suffit pour faire basculer d’un camp à l’autre les quelques pouillèmes dans les sondages et entrainer la vague rose (et aussi ce fameux "Au revoir" qui fait encore un malheur dans les bétisiers de la télé.

Une image me hante encore, celle de ce papy, quartier Johnston à Faaa, qui dit avoir voté Oscar parce qu’il lui a promis un pavillon MTR dans l’année ! Est-ce que cette promesse lui avait déjà été faite il y a 7 ans, 13 ans… 30 ans et qu’il l’attend toujours sur le seuil en terre battue de son fare délabré sans eau ni électricité.
J’ai vu Edouard s’offusquer en découvrant l’état de misère de certains de ses administrés et déclarer "il est inadmissible qu'en 2008 l’on puisse vivre dans des conditions pareilles" alors que lui et son beau père ont les rênes de cette cité depuis près d’un demi-siècle.
Les promesses n'engagent que ceux qui les font… mais il y en a qui les croient !

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> ALBERT2 >> Souvenir souvenir, 1981, mes 18 ans ! Je rêve de voir Flosse face caméra, se levant de son bureau en disant "nanaaaa..." de sa voix chevrotante de vieille biquette et disparaissant dans le lointain d'un couloir de son palais de l'avenue ex Bruat...
Quant aux contrastes entre les fastes indécents des palaces Fritcho-Flossiens et les bidonvilles en pinex ouverts aux quatre vents de certaines familles nombreuses qui tournent au café-pain-beurre, c'est 1789 avant le 14 juillet !!!!