mardi 18 mars 2008

Grève des hydrocarbures : le retour des moutons de Panurge


Comme à chaque grève des hydrocarbures, ou chaque rumeur, c'est le même phénomène : des attroupements, des files d'attente qui provoquent des embouteillages et empêchent ceux qui ont le plein dans leur réservoir de rouler.
Exception faite des professionnels dont l'activité est dépendante du pétrole, les troupeaux de moutons de Panurge * sont de retour...
A chaque fois, le conflit passe en quelques jours, et le mouvement de panique se révèle finalement inutile.
Mais on l'oublie au conflit suivant.
Comme en politique, les vapeurs d'essence semblent anesthésier la mémoire.
Et puis si ça dure, on vaquera à nos occupations à pied, ou on restera chez nous.
Comment faisaient les anciens pour se déplacer ?

* petit rappel pour ceux qui ont séché le cours de Lettres : Panurge est un personnage de François Rabelais, compagnon de Pantagruel, fils de Gargantua.
Pendant leur voyage au « Pays des Lanternes », Panurge se prit, en mer, de querelle avec le marchand Dindenault. Pour se venger, il lui acheta un de ses moutons, qu'il précipita dans la mer. L'exemple et les bêlements de celui-ci entrainèrent tous ses congénères et le marchand lui-même, qui, s'accrochant au dernier mouton, se noya.L'expression "mouton de Panurge" désigne une personne suivant un mouvement ou une majorité sans réfléchir .

Sphere: Related Content

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello lolo;
j'ai découvert une petite perle relevée dans l'allocution télévisée de notre cher président (journal rfo du 18/03/2008) :
Chers concitoyens, chères concitoyennes, je suis vraimen... "z'heureux" de vous rencontrer ce soir...

Tout va bien, le bateau coule normalement !!
Bonne journée
Les lyonnais

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> ANO... LES LYONNAIS >> Oui !!!! ça commençait fort, j'ai noté aussi, je vais faire un truc avec ça, ça s'appellera "les liaisons dangereuses". Merci pour ton observation très fine...

Albert2 a dit…

J'ai lu qu'en Nouvelle-Zélande où il y a énormément de moutons; les fermiers leur donnent des pilules à manger pour qu’ils ne pètent pas ; les pets contiennent du méthane, un gaz qui abîme la couche d’ozone !
Si en plus les moutons laissent tourner leur moteur quand ils patientent à la pompe, je ne te dis pas l'odeur qu'il va bientôt régner sur Tahiti !

Coco l'asticot a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

…sur l'article, je n'ai pas grand chose à dire !
… donc je ne dirai rien !

la mélodie du bonheur a dit…

mais ouais grave, ça c'est vraiment catastrophique, je comprends pas non plus, deja premierement on a encore jamais vu (ça fait seulement 10 ans que je vis ici) de grève durer assez longtemps au point de vraiment poser un problême au niveau de l'essence, ensuite, serieusement demain ya plus d'essence dans le pays, bah ca serait pas plus mal, on peut marcher ou prendre le vélo, et pis au moins on aura une bonne raison de pas aller au boulot..bref je vous laisse faut que j'aille faire des réserves de beurre d'huile et de biere, on sait jamais !!

Coco l'asticot a dit…

La hausse du prix de l'essence ? Moi, j'm'en fous : quand je vais à la pompe, j'en prends toujours pour 2000 francs !

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> ALBERT2 >> Oh my god ! odeur de prout + vapeur d'essence ? ça doit donner fafaru d'après mes calculs...

>> ANONYME >> Ben comme ça tu dis pas de connerie !

>> LA MDB >> J'ai vu un mec qui se faisait passer pour toi hier à TNTV, l'enfoiré... Ton stock de beurre, tu en es à combien de mètres cube ?

>> COCO L'ASTICOT >> Excellent !!! et j'irai même jusqu'à dire MDR :)

Miss Chocolat a dit…

C'est décidé je vide mon réservoir et j'en fais cadeau à mon voisin pour qu'il puisse aller bosser , je suis sure que mon patron appréciera ma générosité

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> MISS CHOCOLAT >> Et moi je t'offre la moitié du restant de mon demi-plein pour que tu puisses juste faire l'aller/retour jusqu'à la plage avec ta petite profiterolle...

christèle a dit…

Autrefois à l'annonce de coups durs nos mammies stockaient les patates et le blé, nos mamans les pâtes et l'eau, et maintenant c'est le pétrole...les temps changent :)

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> CHRISTELE >> ...et du chocolat aussi, sinon comment on va faire ?