lundi 30 mars 2009

Les costumes du spectacle HIVA de Tahiti Ora

.

Samedi, j'avais rendez-vous à Paea, chez Tumata Robinson, pour être le témoin, ô combien privilégié des essayages des costumes du spectacle HIVA de Tahiti Ora, le week-end prochain, ça approche !
Vous avez vos places ?
Dans une ambiance détendue et un apparent joyeux désordre, les filles et les garçons de la troupe puisent dans les malles et les cantines pour trouver leur tenue correspondant à chaque tableau du spectacle.
Quelques petites retouches, quelques ajustements, quelques blagues entre filles sur le kilo qu'il faut perdre d'ici vendredi, et on écrit son prénom sur le costume ou l'accessoire qui retourne méticuleusement se ranger dans la malle avant d'enchaîner sur les costumes du tableau suivant.
Les more se font faire une frange régulière au ciseau, et j'en prends plein les yeux m'attardant sur les véritables pièces d'orfèvrerie que constituent ces compositions à base de nacres, de tissus divers, de plumes, de coquillages, de boutons et autres fibres.
Dans la folie du spectacle, dans l'étourdissement des chorégraphies, dans l'ivresse des mouvements, on est pris par le rythme et on a une vue d'ensemble.
Et il est vraiment dommage de ne pas prendre le temps de s'attarder sur chaque détail qui force l'admiration puisqu'on se rend compte de la diversité des éléments et du temps phénomènal qu'il a fallu à Tumata pour réaliser ne serait-ce qu'un costume. A plus forte raison quand on voit le nombre des costumes qui remplit toute une pièce...
Le spectacle présentera 1.200 pièces de costumes, réalisées à 80% par Mrs. Robinson, aidée de 4 ou 5 personnes. Les nacres sont taillées selon ses instructions chez Woita Prokop. L'éxécution à la machine à coudre est faite en collaboration avec Rosine Couture, Fiu Fiu Design et l'Atelier de Couture de Cynthia. Les plumes sont importées mais les coquilages sont locaux. Et, en effet, un seul chapeau de danseur par exemple représente facilement une journée de travail !
On comprend qu'il y ait ensuite des expositions de costumes dans des musées parce qu'il est inimaginable que de tels joyaux de la culture polynésienne finissent dans des placards !
Hiva c'est une poésie en mouvement, mais c'est aussi une féérie à l'arrêt.
Devant cette explosion et ce florilège de couleurs, de beauté, de charme, de talent, j'ai cru que je rêvais et que j'avais été téléporté dans un tableau de Gauguin...
Mais trève de bla bla, admirez plutôt...


.
.

Sphere: Related Content

8 commentaires:

CarrieB a dit…

Les costumes et les chapeaux sont effectivement très beaux et très soignés, un vrai travail d'orfèvre!
Dommage pour les places, ça fait un peu loin pour moi, mais je ne doute pas que nous aurons droit ici-même à un compte-rendu détaillé!

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> CARRIEB >> Oui oui j'essaierai de faire passer l'ambiance du show bien sûr mais je donnerai aussi les coordonnées du passage de Tahiti Ora en métropole cet été... Si tu ne viens pas à Tahiti Ora, Tahiti Ora viendra à toi !
Bisous ma Carrie...

Anonyme a dit…

Coucou Lolo,

Merci pour ce reportage et pour ces photos qui deviendront des souvenirs précieux pour nous et de faire vivre notre spectacle à travers tes articles. J'ai hâte de voir les autres photos!

Nous t'embrassons
Tumata

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> TUMATA >> Je t'en prie ! Bon courage pour les derniers jours...

christèle a dit…

Quel boulot en effet. Que de couleurs, et quel travail de précision, chapeau ! sur scène ce doit être réellement impressionnant.

heu...accessoirement pas beaucoup d'hommes dans tes photos... c'est dingue je vais me plaindre au journaliste, c'est pas équitable tout ça :)

MaHi a dit…

Le spectacle promet d'être grandiose ... pour notre plus grand plaisir!
Bon courage à toute la troupe et merci LoLo de nous faire rêver au travers des tes écrits!

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

>> CHRISTELE >> Ouais mais les garçons ils ont vite torché l'essayage donc c'est assez représentatif. Et en plus ils mettaient leurs ceintures par dessus leurs shorts de surf, c'était pas très photogéniques et je n'ai pas l'habitude de demander à un mec de se déshabiller... donc voilà !

>> MAHI >> Merci mais je ne suis que la courroie de transmission du travail de Tumata et de ses danseurs... ce sont eux les responsables du rêve !

Stéphanie a dit…

Ces costumes sont vraiment de toutes beautés. Bravo aux créateurs !