lundi 7 janvier 2008

Rentrée sur fond de campagne électorale

Beau soleil ce matin sur Tahiti mais la météo dit que ça ne va pas durer. Les embouteillages étaient là pour le confirmer : c'est bel et bien la rentrée. Retrouvailles avec les copains de fiston, les parents d'élèves, la maîtresse qui, comme Fiston, est arrivée de France hier matin et qui me dit qu'elle va gérer son décalage horaire avec lui : le premier des deux qui pique du nez donnera un petit coup de coude à l'autre...
Les fêtes c'est donc fini, et on entame en Polynésie la campagne électorale pour les élections territoriales du 27 janvier (1er tour). Après de très longs mois, après des années d'instabilité politique, de putsch légaux pour faire tomber les gouvernements à coups de motions de censure dénoncées par ceux qui utilisent la même méthode ensuite pour reprendre le pouvoir, va-t-on connaître enfin une période de stabilité et de développement ?
C'est un peu l'enjeu de ce scrutin au terme duquel on va élire les représentants à l'assemblée territoriale (en quelques sorte nos "députés" locaux), lesquels éliront ensuite le président du pays.
Donc on va en reparler dans les colonnes du THT.
Ce soir, sur la chaîne locale TNTV, première grande émission débat sur ce sujet à 19:35

Photo d'illustration empruntée à Quick, blog Polynésie en live

Sphere: Related Content

8 commentaires:

Thierry a dit…

Mis à part la prime à la majorité, qu'y a-t-il de changé exactement dans le prochain mode de scrutin? La fameuse prime a permis à Oscar d'arriver ... le jeu des alliances de l'en faire partir, puis revenir. Y aura-t-il plus de sagesse du coté des conseillers, est-ce que G.F. arrêtera son petit jeu au grand bonheur de E.F, est-ce que les conseillers éliront et travailleront pour le pays ou continueront-ils le petit jeu du "... j'veux ma part du gâteau, tant pis pour les autres ..." ??? Bref que de questions stupides car sans réponses.
Je me prends à rêver que Tahoeraa et Tavini fassent jeu égal et qu'un ou deux partis fassent la balance. Pour obliger tout ce petit monde à bosser ensemble, dans le bon sens, pour que l'on sorte enfin le pays de cette attente perpetuelle, que l'on propose un vrai développement économique porteur d'emplois, que la polynésie se stabilise économiquement et institutionnellement avant de penser à une indépendance qui ne serait que de façade actuellement ... rââââ, vite vite, des pétitions à signer, des tracts à distribuer, des meetings à assister .....

FredOFenua a dit…

Bah, j'aimerais être optimiste, mais j'y arrive pas. A mon avis, et malheureusement, ça ne changera rien. J'irais bien évidement voter le 27, mais sans me faire trop d'illusion. Enfin, j'espère me tromper !

Maimiti a dit…

Toujours la pagaille territoriale ?

LOLO a dit…

>> THIERRY >> Ben oui les paradoxes de la vie politique locale... Bien malin qui pourrait répondre à tes questions ! Ce que feront les uns et les autres, avec le sport national qui est le retournement de vestes. C'est d'autant plus facile qu'on n'en porte pas. Une certitude : l'urgence d'aller voter, et laisser faire la démocratie... avec toutes les surprises qui peuvent sortir d'un scrutin...

>> FRED >> Tu résumes bien l'étatt d'esprit de beaucoup de monde... Commençons par aller voter, pour qui on veut, mais pas d'abstention sur ce coup !

>> MAIMITI >> Pagaille ??? oh le joli mot pour qualifier la situation politique. je crois qu'on appelle ça un euphémisme. Pour dire les choses clairement, le mot bordel eut été plus opportun très chère...

sabine a dit…

Alors là, tu casses vraiment le mythe avec ta photo!
Déjà le temps, nuages gris.... et les bouchons!
Et tu sais qu'il y a des gens qui pensent que Tahiti c'est que des plages de sable blanc! lol!
bon courage quand même.... t'as la clim ds la voiture?

LOLO a dit…

>> SABINE >> Désolé... mais Tahiti ce n'est pas que la carte postale mythique même si la qualité de vie est exceptionnelle...

Thierry a dit…

non seulement le retournement de veste, mais aussi de pantalon, de pareo ... bref le retournement jusqu'à l'usure ....

sabine a dit…

Je sais bien, Lolo, c'est pour ça que ça me fait rire!