lundi 26 octobre 2009

C'était une maison bleue... avec une enseigne rouge...

.

LA DEPECHE d'hier mettait à la Une l'histoire bouleversante du “Magasin Vanira” au centre-ville de Uturoa a dû fermer boutique. Ce magasin ouvert depuis près de 40 ans, était à la fois une boulangerie, un petit café et un site de préparation et de conditionnement de la vanille, pratiquement l'ancêtre d'un Starbuck Coffee finalement.
Mais... en ruines...
...et Mamie Jeanne va donc voir son bâtiment détruit.
Nous sommes beaucoup à être presque choqués, attristés, comme elle, à l'idée de voir disparaître ce symbole.
Combien de gens, pendant toute ces années sont passés devant, arborant un sourire avant de se rafraîchir ?
Combien sommes-nous, aujourd'hui, à nous poser la question qui déchire le coeur...
Que d'émotion dans ces photos !
abandon ? destruction ? et oui...
...cette question qui fait mal :
...mais que va devenir cette belle enseigne Coca-Cola collector ?
Pour le maintien du patrimoine, l'entretien de la mémoire, je veux bien la mettre dans mon musée...

.
.

Sphere: Related Content

5 commentaires:

Hitihiti a dit…

Hélas, mille fois hélas.

Lisant l'encart de la tavana de Raiatea dans le petit coin à droite de l'article, on pourrait avoir un moment d'espoir insensé. "Nous lui avons proposé plusieurs solutions" nous dit-elle. Mais jusqu'au bout en vain, on attend des termes intelligents et créatifs tels que "Musée" effectivement.
Non. A la place on lit : " marché" ou "local à la sortie de Uturoa".
Voilà qui s'appelle indéniablement avoir le sens de l'Histoire.

Qui a dit que nos élus sont des gens raffinés, cultivés et compétents?

Anonyme a dit…

Oh, en plus elles est passée dans une émission internationale sur la vanille, y a pas longtemps sur Odyssey...trop dommage.
Anonyste

Albert2 : Invest in Raiatea a dit…

En même temps, il est vrai que ce bâtiment était pourri aux termites et ne tenait plus que par l’opération du saint Esprit (esprit de vanille bien sur)
Moi aussi je suis triste de voir partir ce pan du patrimoine, tout comme le kuo min tang – dans le même état de décrépitude et d’abandon – est voué au même sort et va être lui aussi rasé.
Mais pourquoi ne pas préserver la richesse immobilière de l’île en démolissant et reconstituant à l’identique…
A l’heure où l’on parle du classement du marae de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco, n’existe-t-il pas quelques subsides financiers pour les autres monuments – un peu moins historiques – de l’ile sacrée ?

Anonyme a dit…

"C'est une maison bleue, adossée à la colline. On y vient à pied;
On ne frappe pas. Ceux qui vivent là ont jeté la clé.

Vanira, Mamie Jeanne ou êtes vous ? attendez nous

C'est une maison bleue, accrochée à ma mémoire."

Maxime Leforestier

tauarai a dit…

Iaorana te mau hoa,

Il est consternant de lire de telles inepties de la part de Mme le maire d'Uturoa, il est vrai que la mémoire et l'histoire de ce pays, nos élus s'asseillent gentiment dessus à la moindre occasion.

Après tout cette maison est à l'image de nos institutions, une vieille bicoque termitée par des parasites qui tient debout que par je ne sait quel miracle.

Un petit mot pour la fin et à tous nos élus sans exceptions :
arrêtez de parler de culture quand vous vous adressez à nous SVP !
Car comme le dit l'adage la culture avec vous c'est comme la confiture, vous en étalez et re-étalez tellement vous en êtes dépourvu comme de scrupules et d'humanité.

Pärahi