vendredi 23 octobre 2009

Et si la CPS s'inspirait un peu de la Calédonie ?

.

Donc on sait que la CPS (la "sécu" locale pour les lecteurs de métropole) remercie ses banquiers de lui faire perdre des milliards en les invitant à des banquets qui immobilisent tout un resto... On sait aussi qu'on va avoir des retraites de miséreux avec ce système de répartition géré comme il est... On sait maintenant que le ticket modérateur va augmenter, moi j'm'en fous parce que je peux payer 30% au lieu de 20% mais c'est tellement méprisant pour les petites gens pour qui payer 20% c'est déjà carrément pas possible... On sait aussi qu'Armelle a décidé tout ça sans consulter les assurés sociaux et qu'elle a aussi les kinés sur le dos (et pas pour des massages).
bref... la Polynésie va-t-elle être aussi la risée de la région Pacifique et au-delà pour ses records de médiocrité au niveau de la protection sociale ?
Alors tournons-nous vers l'ouest, vers nos voisins calédoniens, et envoyons quelques gestionnaires de la CPS en stage sur le Caillou à la CAFAT (la "sécu" calédonienne), ils ont une gestion plus que saine et même un régime d'assurance-chômage excédentaire !!! (bon ok ça c'est pas forcément une bonne idée pour ici...).
Lisez plutôt cet extrait d'un article du journal LES NOUVELLES CALEDONIENNES de juillet dernier...

Les bons comptes de la Cafat en 2008
article de Philippe Frédière du 3 juillet 2009
Seul le poste « accidents du travail » est en déficit d’une petite centaine de millions. Une paille comparée aux 12,7 milliards que la Cafat a dégagés sur un budget global avoisinant les 80 milliards. Un millésime exceptionnel que l’année 2009 aura peu de chances d’égaler.

On a connu pire. Bien pire même, notamment avant la création du Ruamm. Avec un excédent des recettes sur les dépenses de 12,7 milliards, la Cafat a produit en 2008 un millésime exceptionnel. Grâce à l’excellente conjoncture de l’année dernière, à quelques rattrapages, mais aussi grâce au cadrage des dépenses de santé. Les menaces sur les retraites sont éloignées d’une bonne dizaine d’années (l’allongement de la durée de cotisation est passé par là). La crise ne s’est pas encore fait sentir à la Cafat qui a brassé un budget global d’environ 80 milliards en 2008. Le premier trimestre 2009 reste excellent. Et l’année en cours devrait se solder plutôt bien, même si l’on redoute un deuxième semestre plus gris. Raphaël Ghesquiere et Daniel Ochida, respectivement président et vice-président de l’organisme d’assurance santé retraite ont fait un tour d’horizon point par point.

Maladie : un excédent de 3,15 milliards
La Cafat a déboursé 46,5 milliards en dépenses de soins, et engrangé 49,65 milliards en cotisations. Les ressources ont progressé en 2008 trois fois plus vite que les frais. La politique de contrôle des dépenses n’y est pas étrangère même si la conjoncture a été exceptionnelle. Rappelons qu’en 2006, le poste maladie était déficitaire de 426 millions. Le nombre d’Evasan ne cesse de diminuer depuis trois ans.

Chômage : + 774 millions
Pour la troisième année consécutive, l’assurance chômage est largement bénéficiaire. Seules les personnes sans qualification sont frappées durablement par l’inactivité. « Il n’y a pas de chômage chez les ouvriers spécialisés », insiste Raphaël Ghesquiere. En 2008, la caisse chômage a indemnisé une moyenne de 1 338 personnes par mois. Le nombre d’emplois salariés a augmenté significativement. Mais celui des chômeurs est en légère progression. Reste que la situation pourrait se dégrader au deuxième semestre 2009.

Prestations familiales : les enfants d’abord
Sous l’expression prestations familiales, il faut entendre les allocations prénatales, les allocations maternité et les allocations familiales classiques. Le budget global 2008 était de 9,3 milliards, il laisse un excédent de 1,67 milliard. L’essentiel du budget est consommé par les allocations familiales et bénéficie à 61 322 enfants.

Allocations de solidarité : bingo !
Ce poste, confié à la Cafat, a été créé par le gouvernement et le Congrès en 2005. Il est financé par une contribution additionnelle à l’impôt sur les sociétés. Il est largement bénéficiaire depuis l’origine (presqu’autant d’excédent que de dépenses effectives). Mais en 2008, des rattrapages d’impôts en retard ont permis de doubler (et même un peu plus) les recettes, sans que les dépenses n’augmentent significativement. Résultat, pour 1,59 milliard distribué, plus de 4 milliards sont restés dans les caisses. Ça ne se reproduira pas tous les ans. Mais ça permet de voir venir.

Retraites : l’horizon se dégage
La belle santé économique passée a permis un bond de 19,8 à 22,1 milliards des cotisations, laissant un excédent de plus de trois milliards. Les mesures d’allongement de la durée de cotisation (35 ans contre 30) et de l’âge minimum pour une retraite à taux plein (57 ans et demi au lieu de 55) vont faire progressivement leur effet. L’horizon est désormais dégagé. On ne parle plus d’éventuels problèmes de trésorerie à l’échéance 2011 ou 2012. Le système est considéré comme viable jusqu’en 2025.
Reste qu’il ne faut pas se leurrer. « En la matière, il faut anticiper et voir à long terme » prévient Daniel Ochida en rappelant que beaucoup de pays d’Europe ont repoussé l’âge de départ à 67 ans. Bref, il serait surprenant qu’en 2020 il soit encore possible de faire valoir ses droits, à taux plein, à moins de 60 ans.

C'est si différent la Calédonie que l'on ne puisse s'en inspirer et viser des résultats identiques ? Non ? Faut encore des Z'états Généraux ? des comités de pilotage de mes deux ? grrrr......
.
.

Sphere: Related Content

6 commentaires:

Cracheur d'espoir a dit…

En même temps, à la CAFAT le ticket modérateur est plus élevé qu’en Polynésie puisqu’il est de 40% (60% des frais de soins seulement sont remboursés). Ici, on augmente de 10% et on a droit à un taulé général. Par ailleurs, très peu de pays de la région Pacifique possède une système de protection sociale comme le notre, je ne vois donc pas comment nous pourrions être la risée de nos voisins qui n’en possède, pour le coup, pas du tout. Enfin, n’oublions pas que les rentrées d’argent à la CPS dépendent également des cotisations patronales et salariales. Or, en Nouvelle Calédonie, le niveau de vie est plus élevé qu’en PF étant donné qu’il dispose d’une ressource minière dont l’exploitation n’est pas négligeable. Elle favorise les rentrées d’argent permettant ainsi d’être mieux armé face à la crise. Nous en PF nous avons une économie fictive, ainsi que l’a rappelé les conclusions des Etats généraux, car une grosse partie de notre richesse provient directement des subventions de la métropole. Par ailleurs, et depuis 2008, c’est plus de 4000 emplois qui ont été supprimés. Bien que je ne cautionne pas la manière dont Armelle impose son « plan », je suis persuadé que l’effort de solidarité doit être supporté par tous les acteurs. On ne peut plus fermer les yeux et faire comme si il n’y avait pas de problème ou alors nous n’aurions plus rien dans quelques années.

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

je ne dis pas qu'il faut faire un copié/collé CAFAT/CPS puisque chaque territoire a en effet ses spécificités, mais prendre ce qu'il y a de meilleur dans un système voisin et malgré tout comparable, qui, lui, marche, pour nous améliorer...

Anonyme a dit…

Autre exemple venant de Métropole : le régime "assurance maladie" de la région Alsace-Moselle est aussi excédentaire, et ce depuis des années ; les cotisations y sont plus élevées que dans le reste de la France...

Et pour parler d'effort collectif, pourquoi les politiques n'évoquent-ils jamais leurs propres rémunérations?
Là c'est :"pas touche" !

Anonyme a dit…

je me permets de vous indiquer le lien vers un article de Basile, collègue blogueur, qui permet de comprendre que ce n'est pas le système qui ne va pas, mais bien la façon dont a été vidé de son essence et de son principe le projet initial de solidarité, monté à l'époque par Christian Vernaudon :

http://www.basilebernard.com/2009/10/projet-te-autaeaeraa-pauvre-solidarite/

c'est édifiant...
mounjou

Nic a dit…

Excellent l'article de Basile !

Mais effectivement l'économie Néo-Calédonienne et la notre ne sont nullement comparables comme le remarque Cracheur...

Anonyme a dit…

CPS/CAFAT... Est-ce comparable ? Je ne sais pas. Une fois à Lifou (Loyauté-NC), des Lifou avec lesquels j'étais copain m'ont craché dessus en me disant qu'en tant que Zor, j'étais responsable du trou de la CAFAT. Pourtant, je ne coûtais rien à la CAFAT ayant une couverture hors-territoire et mieux, je cotisais à la CAFAT sans assurance de sa part.
Comme quoi, il est facile de tout expliquer simplement. Ce qui était plus simple, c'est que la CAFAT avait perdu des milliards "en faisant de mauvais placements immobiliers". De mauvais placement immobiliers à Nouméa, pffff... Alors, finalement, de passage ici, je suis bien content d'entendre les coups de gueule sur les radios. y avait pas ça sur le caillou ! Ni un blog aussi killa. Bravo le Tahiti Herald Tribune, je le dis sans balises : Quel talent !

la CdM